(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Catéchisme de la Préfecture du golfe St-Laurent [microforme]"

n^ 



CIHM 
Microfiche 
Séries 
(IMonographs) 



ICIMH 

Collection de 
microfiches 
(monographies) 




Canadian Instituta for HIstorical Microraproductions / Institut canadian da microraproductions historiquas 






Technical and Bibliographie Notes / Notes techniques et bibliographiques 



The Instituts has attempted to obtain the bes\ original 
copy available for filming. Features of this copy which 
may t)e bibliographisally unique, which may alter any of 
the images in the reproduction, or which may 
significantly change the usuai method of filming are 
checked below. 



D 
D 

D 

D 
D 

D 
D 
D 

n 

D 
D 



D 



Coioured covers / 
Couverture de couleur 

Covers damaged / 
Couverture endommagée 

Covers restored and/or laminated / 
Couverture restaurée et/ou pelliculée 

Cover title missing / Le titre de couverture manque 

Coioured maps / Cartes géographiques en couleur 

Coioured inl( (i.e. other than blue or blaci^) / 
Encre de couleur (i.e. autre que bleue ou noire) 

Coioured plates and/or illustrations / 
Planches et/ou illustrations en couleur 

Bound with other material / 
Relié avec d'autres documents 

Only édition available / 
Seule édition disponible 

Tight binding may cause shadows or distortion along 
interior margin / La reliure serrée peut causer de 
l'ombre ou de la distorsion le long de la marge 
intérieure. 

Blanic leaves added during restorations may appiear 
within the text. Whenever possible, thèse hâve been 
omitted from filming / Il se peut que certaines pages 
blanches ajoutées lors d'une restauration 
apparaissent dans le texte, mais, lorsque cela était 
possible, ces pages n'ont pas été filmées. 

Additional comments / 
Commentaires supplémentaires: 



L'Institut a microfilmé le meilleur exemplaire qu'il lui a 
^!é possible de se procurer. Us détails de cet exem- 
plaire qui sont peut-être uniques du point de vue bibli- 
ographique, qui peuvent modifier une image reproduite, 
ou qui peuvent exiger une modification dans la métho- 
de normale de filmage sont indiqués ci-dessous. 

I I Coioured pages /Pages de couleur 

i I Pages damaged / Pages endommagées 

□ Pages restored and/or laminated / 
Pages restaurées et/ou pelliculées 

Pages discoloured, stained or foxed / 
Pages décolorées, tachetées ou piquées 

|~7 Pages detached / Pages détachées 

I / Showthrough / Transparence 

□ Quality of print varies / 
Qualité inégale de l'impression 

Includes supplementary material / 
Comprend du matériel supplémentaire 

Pages wholly or partially obscured by errata slips, 
tissues. etc., hâve been refilmed to ensure the best 
possible image / Les pages totalement ou 
partiellement obscurcies par un feuillet d'enata, une 
pelure, etc., ont été filmées à nouveau de façon à 
obtenir la meilleure image possible. 

Opposing pages with varying noiouration or 
discolourations are filmed twice to ensure the best 
possible image / Les pages s'opposant ayant des 
colorations variables ou des décolorations sont 
filmées deux fois afin d'obtenir la meilleure image 
possible. 



D 
D 



D 



This Itwn it f ilinad at ttw raduetion ratio chadwd balow / 

C« dœunwnt Mt filmé au taux da réduction indiqué ei-dasaous. 



lOx 








14x 








18x 








22x 








26x 






30x 


















V 






















1 

j 










12x 








16x 








20x 








24x 








28x 







32x 



TtM eopy fNnMd har* ha* b—n rcproducad thankt 
to tha ganaroalty of : 

Bibliothéqua nationala du Québae 



Tha imagaa appaaring hara ara tha baat qualhy 
poaaibla eonaidaring tha eondltion and lagibllity 
af tha eriginal capy and in kaaping with tha 
filming cantract apacif icatiant. 



Original eaplaa in printad papar cevara ara flimad 
baginning %vith tha front eovar and anding en 
tha laat paga wIth a printad or illuatratad impraa- 
alon. or tha baek covar whan appropriata. Ali 
othar original eoplaa ara filmad baginning on tha 
flrtt paga with a printad or illuatratad Impraa- 
»ion. and anding on tha laat paga whh a printad 
or illuatratad impraaaion. 



Tha laat racordad frama on aach microficha 
ahali contain tha aymboi -^ (maaning "CON- 
TINUED"), or tha aymboi ▼ (maaning "END"), 
whichavar applias. 

Mapa, plataa, charta, atc, may ba filmad at 
diffarant raduction ratloa. Thoaa too iarga to ba 
antiraly includad in ona axpoaura ara filmad 
baginning in tlM uppar laft hand cornar, laft to 
right and top to bottom, aa many framaa as 
raquirad. Tha following diagrama illuatrata tha 
mathod: 



1 


2 


3 



1 2 

4 5 



L'M«mplair« filmé fut reproduit 9ric« à la 
générosité do: 

Bibiiothéquo nationalo du Québoc 



Loa imagos suivantos ont été roprodultos avoc lo 
plus grand soin, compto tonu do la condition ot 
do la nottoté do l'oxomplairo filmé, ot on 
conformité ovoc los conditions du contrat da 
filmago. 

Los sxomplairas originaux dont la couverture on 
papier oet Imprimée sont filmés en commencent 
por le premier plat et on terminent soit por lo 
dernière poge qui comporte une empreinte 
dimproeelon ou dlilustretion, soit per lo second 
plot, selon le ces. Tous lœ outres exempleires 
origineux eont filmés en commencent ler le 
première poge qui comporte une empreinte 
dimprooslon ou dlilustretion et en terminent per 
le demièro poge qui comporte une telle 
empreinte. 

Un dee eymbolos suivonts spparattra sur la 
demièro imego do choque microfiche, selon le 
ces: le symbole -^ signifie "A SUIVRE", le 
symbole ▼ signifie "FIN". 

Lee certoe. plenches, tableeux, etc., peuvent être 
filmée é dœ toux do réduction différents. 
Lorsque le document est trop grand pour être 
reproduit on un seul cliché, il est filmé é portir 
de l'ongle eupérieur goucho, do geuche è droite, 
et de hout on bos. en prônent le nombre 
d'imegoe nécessaire. Los diogrommos suivonts 
illustrent la méthode. 




2 


3 


5 


6 



MKSOCOrV RBOUITION TKST CHART 

(ANSI and ISO TEST CHART No. 2) 





Là 


tSm 


1^ 


EU 


|3j2 


lâi 


US 

la 
u 


|4j0 


1^ 


Htou 




Myâ 




^ APPLIED IM/1GE II 

^S^; 1653 East Main Street 

— ^ f-ffi'f'îf' New York M609 USA 

^B (716) 482 - 0300 - Phone 

B^ (716) 288 - 5989 - Fax 



inc 



h-M'+H 



CATÉCHISME 



l)B LA 



ÎCTURE ilti GOIFE ST-WHT 

PAR0BDREDDR.P.&.BLA1ICHE 






î 

+ 









MONTREAL 

25» i, rue S»l 




î 

+ 
+ 

•î' 

+ 



H++\^.^^^.*+*+++++'î"î'*****-î"î"î-++***'+*****'^* 



CATÉCHISME 



Ol LA 



RÊFECTURE APOSTOLIQUE 



D0 



GOLFE ST-LAURENT 



VenMi, oins enltanta, écoutra-raoi : Je vont 
•naelenerni lu criUute du Heigneur. 

FaAVU* xxxiM, 12. 



mmm 



CATÉCHISME 



M LA 



PREFECTURE OU 601FE ST-LAUREIÏ 



IMPBIMÉ 



FAR OBORE DD R. P. ft. BL&HCEE 

Fr4/»t Apoitotiqutdu ac(fi Tt-LawrmL 



B«e«Tea U lelanM da lalat dtc TOtr* Jmi« 

DMM, «t TOtU OODMnrtTM IS MgMM jOSqU* 

Mur TM eto«>Y«uz blftiiM. Boou. vi,lll. 




MONTRÉAL 
IRAIRIK BKAUCHKIS4IIM 

[à resp. IlmKée] 

2&0, nie Saiufc-iVial 

UM 



f^^ 



I 



PERMISSION 

Chicouti; : I, V ; août 1904. 

Nont aTOtu permis tt pmncitoiu pur cet présentée, 
à LA LIBRAIRIE BBAUCHBMIN [à rcep. limitée], 
à Montrée!, d'Jm prJMM une édition du Catichism* dé 
U Prèfedurt ApotMiqM* du Golfe SULaurent. 

ËK G. BLANCHE. 

iqi JMfHApMMtquêémG^êSt-lMurmt 

E.^l 



\<\Oi\ 



< 







'--5 



INVOCATION AU SAINT-ESPRIT. 

Euprll-Salnt, dépende» en nott» ; 
Embrases notre cœur de vot feux le» plu» doux. 

Sans vou» notre vaine prudence 
Ne peut, héla» f que »'éBarer. 
Ah I di»»lpe« notre Ignorance » 

E»prh d'intelligrnce. 

Venez nuu» é 'airer. 
E»pritSalDt, etc. 

Le noir enfer pour nous faire la guerre 

Se réunit au inonde céducteur : 

Tout est pour nou» embûche sur la terre: 

Soyez notre libérateur. 
Etprlt-Salnt, etc. 

Enseignez-nous la divine sagesse ; 
Seule elle peut nous conduire au t 'Hiheur t 
Dans ses sentiers qu'heureuse est la jeunesse, 
Qu'heureuse est la vieillesse 1 

Esprit-Saint, etc. 



:t-. 







^^. 






k:'-%- 



PRIÈRES DU MATIN. 

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. 
Ainsi soit-il. 

Mettons-nous en la présence de Dieu,adorons son saint Nom. 

TRÈS SAINTE et très auguste Trinité, Dieu seul en trois 
personnes, je crois que vous êtes ici présent. Je vous 
adore avec les sentiments de l'humilité la plus profonde, et 
vous rends de tout mon cœur les hommages qui sont dus à 
rotre souveraine majesté. 

ACTE DE FOU 

MON Dieu, je crois fermement toutes les vérités que 
vous avez révélées et que vous nous enseignez par 
votre Eglise, parce que vous ne pouvez ni vous tromper m 
nous tromper. 

ACTE d'espérance. 

MON Dieu, j'espère avec une ferme confiance que vous 
me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ, votre 
grâce en ce monde, et, si j'observe vos commandement», 
totre gloire dans l'autre ; parce que vous me ra v«JW BIBt«r 
et que vous êtes souverainement fidèle dans voiB|alliiessM» 

acte de CHARITi^ 



MON Dieu, je vous aime de tout nv 
toutes choses, parce que vtwi^p^ 
et infiniment aimable : et j'afme -^ïWlt' 
moi-même pour l'amour dc Wwl» ; 




M^Mêê 



-6^ 



encore par un effet de voïê K^ni "*' " jusqu'ici. C'est 
veux auMi Vttavloytr nninL . 3""^ J* ^°"' ««Joar; je 

en consacre tST^pSSs^leToîr^r'f"''--. J« -°« 
peines. Bénissez-les, slSr afiS « n' '*' **^*'°"' *» ^^ 
qni ne soit animée dé votr^ am'nî Z^" ' " ^ *" *'» ««««"e 
plus grande gloiS "'' ** ^"' °« *«d« * votre 

ATeîïiotVeïïïs'aS'^ ^" ^^^-«- * ^- 
autant que je le non™.? ! a^P'^r je vais m'appliquer 

doux, hLbe,chiIîe"!i'lé ^« '«^^^t semblable 4 Zs, 
comme vous. EtTe ferafniSîu' ''''""'**^'' « '«^''«gn* 
pour ne pas retotibir l^^Sif Zf /°7 "*' *''^°^»' 
commets si souvent et Hn«» ; u . "^ ^** f*utes que je 
corriger. ^*' '' '^^^^ J« ^«h«te sincèn-ment de me 

Demandons à Dùu I^r tr^A,^. i 

M ^ ^" ^^" 9*i nom sont nécessaires, 

ON Dieu, vc s connaissez ma faiblesse T* „ • 
nen sans le secours H- «7.» f^* •'* "« Pui* 

refusez pas. ô mon DieT pronort.W ^^^^^' ^"^ "* »» 
donnez-moi assez de force pTéSr to'uM^ "'? '^^•"» ' 
défendez, pour pratiquer tout Te bTen nuï *" "^^ *»'"' ^°°^ 
moi, et pour souffrir DatiemmVn* ?« ? ^ * ^°"* attendez de 
plaint di m'envoyér. P*'^'*'°°'*°* *°"tes les peines qu'il vous 

L'ORAISON DOMINICALE. 



PATER noster, qui es in 
cœlis, sanctificetur 
noroen tuum ; adveniat 
regnum tuum; fiât vo- 



IVroTEE Père qui été. «„, 

inrrifi? *• 'ï"" ''°^''* no»» soit 
sanctifié, que votre règne ar- 

nve; que vctre volonté toit 



luntas tua, sicnt in cœlo 
et in terra ; panem nos- 
trum quotidianam da no- 
bis hcKliè ; et dimitte 
nobis débita nostra, sicut 
et nos dimittimus debi- 
toribus nostris ; et ne nos 
mducas in tentationem ; 
sed libéra nos à malo. 
Amen. 



— 7 — 

faite sur la terre comme dan» 
le ciel} donnez-nous aujour- 
d'hui notre pain de chaque 
jour et pardonnez -nous nos of- 
fenses comme nous pardonnons 
à ceux qui nous ont oflènsés; 
et ne nous laissez pas succom- 
ber à la tentation; mais dé- 
livrez - nous du mal. Ainsi 
soit-il. 



LA SALUTATION ANGÉLIQUE. 



AVE, Maria, gratiâ ple- 
na, Dominus tecum, 
benedicta tu in mulieri- 
bus, et benedictus fr ictus 
vent ris tui Jésus. 

Sancta Maria, Mater 
Dei, ora pro nobis pecca- 
toribus, nunc et in horâ 
mortis nostrse. Amen. 



JE vous salue, Marie, pleine 
de grâce, le Seigneur est 
avec vous, vous êtes bénie entre 
toutes les femmes, et Jésus le 
fruit de vos entrailles est béni. 
Sainte Marie, Mère de Dieu, 
priez pour nous, pauvres pé- 
cheurs, maintenant et à l'heure 
de notre mort. Ainsi soit-il. 



LE âYMBOLE DES APÔTRES. 



CREDO in Deum, Pa- 
trem omnipetentem, 
Creatorem cœîi et terrœ, 
et in Jesum Christum Fi- 
lium ejus urticum Domi- 
num nostrum ; qui concep- 
tiis est de Spiritu sancto, 
natus ex Maria Virgine ; 
passus sub Ponlio Pilato, 
crucifixus, mortuus et se- 
pultus ; descendit ad infe- 
ros ; tertiâ die resurrexit à 
mortiiis ; ascendit ad cœ- 
lo»; sedet ad dexteram 



JE crois en Dieu le Père tout- 
puissant, Créateur du ciel 
et de la terre; et en Jésus- 
Christ son Fils unique notre 
Seigneur, qui a été conçu du 
Saint - Esprit ; est né de la 
Vierge Marie ; a souffert sous 
Ponce-Pilate ; a été crucifié, 
est mort, a été enseveli ; est 
descendu aux enfers ; est res- 
suscité des morts le troisième 
jour ; est monté aux cieux ; 
est ai'sis à la droite de Dieu le 
Père tout - puissant, d'où il 



fH 



i !. 



Dei Patrls omnipotentif t 
indè vetituras est judicare 
vivos et mortaos. 

Credo in Spiritnm sanc» 
tum ; sanctam Ecclesiam 
catholicam ; Sanctorum 
communionem ; remissio» 
nera ;<eccatoram ; carnis 
resurrectionem ; vitam 
seternnm. Amen. 



— 8-^ 

tindra joger les Thrants et ki 
moiti. 

Je crds an Saint - Esprit ; 
la saintf Eglise citholique ; 
la communion des Saints ; la 
rémission des péchés ; la résur- 
rection de la chair ; la vie éter- 
nelle. Ainsi soit-il. 



LA CONFESSION DES PÉCHÉS. 



I 



lA, 



M 



CONFiTEOR Deo omni- 
potenti, beatse Marise 
semper virgini, beato Mi- 
chaeli Archangelo, beato 
Joanni Baptistae, sanctis 
Apostolis l'etro et Paulo, 
omnibus Sanctis (et tibi, 
Pater), quia peccavi nimis 
cogitatione.verbo et opère, 
meà culpâ, meâ culpâ, 
meâ maximâ culpâ. Ide6 
precor beatam Mariam 
semper virginem, beatum 
Michaelem Archangelum, 
beatum Joannem Baptis< 
tam, sanctos Apostolos 
Pstrum et Paulum, omnes 
Sanctos (et te, Pater), 
orare pro me ad Dominum 
Deum nostrum. 

MISEREATUR BOStri 
omnipotens Deus, 
et dimissis peccatis nostris, 
perducat nos ad vitam 
Ktemam. Amen* 



Te confesse à Dieu tout puis- 
^ sant, ^ à la bienheureuse 
Marie toujours vierge, à saint 
Michel Archange, à saint Jtan- 
Paptiste, aux Apôtre saint 
Pierre et saint Paul, à tons les 
Saints (et à vous, mon Père), 
que j'ai beaucoup péché par 
pensées, par paroles et par 
actions ; c'est ma faute, c'est 
ma faute, c'est ma très grande 
faute. C'est pomquoi je supplie 
la bienheureuse Marie toujours 
vierge, saint Michel Archange, 
saint Jean-Bapuste, les Apôtres» 
saint Pierre et saint Paul, tous 
les Saints (et vous, mon Père), 
de prier pour moi le Seigneui 
notre Dieu. 



QUE le Dieu tout- puissant 
-^. nous fasse miséricorde, 
qu'il nous pardor " nos péchés, 
et nous conduis*. la vit éter- 
nelle. Ainsi soit-. . 



\ 



— 



Q 



UK le Seigneur tout-pnis- 
_ ^^ sant et miséricordieux 
nous donne l'indulgence, l'abso- 
lution et la rémission de tous 
nos péchés. Ainsi soit-il. 



INOULGENTI AM, aVsoln- 
tionem et remissionem 
peccatorum nostrorum tri- 
buat nobis omnipotens et 
misericors Dominus. 
Amen. I 

Invoquons la sainte Vierge, notre bon Ange, et notre 
saint Patron. 

SAINTE Vierge, Mère de Dieu, ma Mère et ma patronne, 
je me mets sous votre protection, et je me jette avec 
confiance dans le sein de votre miséricorde. Soyez, ô Mère 
de bonté, mon refuge dans mes besoins, ma consolation dans 
mes peines, et mon avocate auprès de votre a lorable Fils, 
aujourd'hui, tous les jours de ma vie, et particulièrement à 
riieure de ma mort. 

Ange du ciel, mon fidèle et charitable guide, obtener.- 
moi d'être si docile à vos inspirations, et de régler si bien 
mes pas, que je ne m'écarte en rien de la voie des comman- 
dements de mon Dieu. 

Grand Saint dont j'ai l'honneur de porter le nom, pio- 
tégez-inoi, priez pour moi, afin que je puisse servir Dieu 
comme vous sur la terre, et le glorifier éternellement avec 
TOUS dans le ciel. Ainsi soit-il. 



ANGELUS. 



ANGELUS Domini nun- 
tiavit Marise, et con- 
cepit de Spiritu sancto. 



Ave, Maria, etc. 

Ecce ancilla I )omini, 
fiât mihi secundum ver- 
bum tuum. 

Ave, Maria, etc. 

Et Verbum caro factum 
est. et habitavit in nobis. 

Ave, Mnria, etc. 



L'ANGE du Seigneur vint 
annoncer à Marie qu'elle 
serait mère du Sauveur, et elle 
a conçu par l'opération du Saint- 
Esprit. 

Je vous salue, Marie, etc. 

Voici la servante du Seigneur; 
que votre parole s'accomplisse 
en moi. 

Je vous saluCf Marie, etc. 

\jt Verbe s'est fait chair, et il 
a habité parmi nous. 

Je vous salue^ Marie, tte. 



WÊÊÊi 



rit 



\[ 



fi 






lll'.i 



V. On. pro nobis, sancia 
Dei Genitrix ; 

». Ut digni efficiamur 
promissionibus Christi. 

okemus. 

GRATIAM tuam, quae. 
sumus, Domine, men- 
Il bus nostris infunde ; ut 
qui, Angelo nuntiante, 
Çliristi Filii tui incarna- 
tionem cognovimus, per 
Passionem ejus et cnicem 
ad resurrectionis gloriam 
perducaraur : Per eumdem 
Christum Dominum nos- 
tram. Amen. 



-10 — 

»,^* î"*i. P^"^ non». î*ainte 
Mère de Dieu; 

R. Afin que nous devenions 
dignes des promesses de Jésus> 
Christ. 

PRIONS. 

ÇkiGneur, nous vous sup. 

\^ plions de répandre votre 
grâce dans nos âmes, afin 
qu ayant connu, par la voix de 
1 Ange, l'incarnation de votre 
FjIs Jésus-Christ, nous anivions, 
par sa passion et sa croix, à la' 
gloire de sa résurrection : Par 
le môme Jésus-Christ Notre- 
Seigneur. Ainsi soit-il. 



foriement de l'éviter: a» on urévoit iL nrr,i.^ »" On se propos* 
roïrVde'r;;kTe'-"* -' =^-^Tor^Ja"nd?.Xeu^;r 

^nl^:,\^ffoU?rv.^''„^Sr"e'n;nt;%ï^ 

s'in.pose sur-le-champ une petite pSnce sans « rfiil' Pardon, on 
renouvelle ensuite devant Dieu la bTnne réso"ut?on^n '■•■'*'^''- *-*" 
de se défier davantage de safaiblesse «d- rir a™ ' "' Proposant 
reur et plu. souvent le secouw d "a «='»"»«' «vec plus de fer- 




— 11 — 



PRIÈRES DU SOIR. 

Ao nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. ' 
Ainsi soit-il. 

Mettons'ttous en la pristnce de Dteu^ adorons-le. 

Te vous adore, ô mon Dieu, avec la soumission que m'ins- 
" pire la présence de votre souveraine grandeur. Je crois 
en vous, parce que vous êtes la vérité même. J'espère en 
vous, parce que vous êtes infiniment bon. Je vous aime de 
tout mon cœur, parce que vous êtes souverainement aimnble, 
et j'aime le prochain comme moi-même, pour l'amour de 
vous. 

Remercions Dieu des grâces qu'il nous a faites, 

QUELLES actions de grâces vous rendrai-je, ô mon Dieu, 
_^- pour tous les biens que j'ai reçus de vous ? Vous avez 
songé à moi de toute éternité ; vous m'avez tiré du né .nt, 
vous avez donné votre vie pour me racheter, et vous m^ 
comblez encore tous les jours d'une infinité de faveurs. 
Hélas ! Seigneur, que puis-je faire en reconnaissance de 
tant de bontés? jfoignez-vous à moi, Esprits bienheureux, 
pour louer le Dieu des miséricordes, qui ne cesse de faire du 
bien à la plus indigne et la plus ingrate de ses créatures. 

Demandons à Dieu lagiiice de connaître nos péchés. 

SOURCE étemelle de lumière, Esprit-Saint, dissipez les 
ténèbres qui me cachent la laideur et la malice du 
péché. Faites-m'en concevoir une si grande horreur, ô mon 
Dieu, que je le ha!sse, s'il se peut, autant que vous le ha!ssez 
vous-même, et que je ne craigne rien tant que de le com« 
mettre à l'avenir. 



mÊÊÊ 



I M 



I •Il 



W\- 



îlfj 

I II 



> 


!P 




il : 
J! 




•1 




■H 


it 


1 



— 12 — 

Bxa0i$Hcms.mimj sur tes péchés ecmmb. 

8o4riU7driî''"HI """"''*• '^"P**^ »""»»i"' «en- 
•»"•(.», {jcnseet, désirs, discours et act bns comriirÀ. a i- 

s»c, paresbe a remplir lei devons de notre état. 

• Faisons un acte de contrition, 

blement pardon, et je vous fenjure, ô mo™Dieî parcë«e" 
même bonté dont 'ai ressenti tant d;fois les effets de S 
corder la grâce d'en faire dès aujourd'hui eHusaS t ? 
une sincère pénitence. ' ^ ^" * ** '"°"' 

^'"'«"«^ ««'/«•'»' '•/W«.V«, de ne plus pécher, 

QUE je souhaiterais, ô mon Dieu, ne vous avoir jamais 
de vous déola " •" P""^"*^ J'*' ''' ^^^ ""^l^eureL que 

J«»q«.a. Jena«»cedè.àpré.cmaapéché%tàl'ocSoh 



-18- 

da péché, iortout de celui oà j'tl la faiblesse de retomber ri 
souvent. Et si vous daignez m'accorder voire gr&ce, aimi 
que je la demande et que je l'espère, je tâcherai de remphr 
fidèlemenl. mes tievoirs, et rien ne sera capable de m'arrêter 
quand il s'agira de vous servir. Ainsi soit-il. 

Pater, Are, Oedo, Confiteor, à la Prière du Matitt» 
pagt 6. 

Recommandons nous à Dieu, à la sainte Vierge et aux Saints. 

BÉNISSEZ, ô mon Dieu, le repos que je vais prendre pour 
réparer mes forces, afin de vous mieux servir. Vierge 
sainte, Mère de mon Dieu, et après lui mon unique espé- 
rance ; mon bon Ange, mon saint Patron, intercédez pour 
moi, protégez moi pendant cette nuit, tout le temps de ma 
vie, et à l'iieure de ma mort. Ainsi soit-il. 

Prions pour les vivants «t pour les fidèles trépassés. 

RÉPANDEZ, Seigneur, vos bénédictions sur mes parenU, 
mes bienfaiteurs, mes amis et mes ennemis. Protégez 
tous ceux que vous m'avez donnés pour supérieurs, tant 
spirituels que temporels. Secourez les pauvres, les prison- 
niers, les affligés, les voyageurs, les malades et les agoni- 
sants. Convertissez les hérétiques, les pécheurs, et éclairez 

les infidèles. . . j 

Dieu de bonté et de miséricorde, ayez aussi pitié des âmes 
des fidèles qui font dans le Purgatoire. Mettez fin à leurs 
peines, et donnez à celles pour lesouelles je suis obligé 
ne prier, le repos et la lumière éternelle. Ainsi soit-U. 

Demandons à Dieu sa protection pour cetU nuit. 

Nous vous supplions. Seigneur, de visiter notre demeure, 
et d'en éloigner toutes les embûches de l'ennemi ; 
que vos saints Anges y habitent, afin de nous conserver en 
paix, et que votre bénédiction soit toujours sur nous. Par 
Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ainsi soit-il. 






' il!* 



j ; 



fei 



■H; 



— 14 — 

PKIÈKB A TOUS LB8 SAINTS. 
LITANIU DU SAINT NOM DB JÉSUS. 

KYRIR, eleison. 
Chriite, eleison. 
Kyrie, eleison. 
*esu, audi nos. 
. esu, exaudi nos. 
Pater de cœlis, Deus, mi- 

serere nobis. 
Fili, Redemptor mundi, 

Deus, miserere nobis. 
Spiritus Sancte, Deus, 
Sancta Trinitas, unus 

Deus, 
Jesu, Fili Dei vivi, 
Jesu, splendor Patris, 
Jesu, candor lucis aetemae, 



i 



Jesu, rex gloriae, 
Jesu, sol justitiîe, 
Jesu, Fili Mariae Virginis, 
Jesu amabilis, 
Jesu admirabilis, 
Jesu, Deus fortis, 
^ Jesu, pater futur! saeculi, 
* Jesu, magni consilii An- 
gelé, 
Jesu potentissime, 
Jesu patientissime, 
Jesu obedientissime, 
Jesu mitis et humilis 

corde, 
Jesu, amator castitatis, 



SEiONEua, ayez pitié de nous. 
Christ, ayes pitié de nous. 
Seigneur, ayez pitié de nous. 
Jésus, écoutez-nous. 
Jésus, exaucez-nous. 
Dieu le Père, des cieux où vous 
êtes assis, ayez pitié de nous. 
Dieu le Fils, Rédempteur du 

monde, ayez pitié de nous. 
Dieu le Saint-Esprit, 
Trinité sainte qui êtes un seul 
, Dieu, 

Jésus, Fils du Dieu vivant, 
Jésus, splendeur du Père, 
Jésus, pureté de la lumière éter- 
nelle, 
Jésus, roi de gloire, 
Jésus, soleil de justice, 
Jésus, Fils de la Vierge Marie. 
Jésus aimable, 
Jésus admirable, 
Jésus, Dieu fort, 
Jésus, père du siècle à venir, 
Jésus, ange du grand conseil 

céleste, 
Jésus très puissant, 
Jésus très patient, 
Jésus très obéissant, 
Jésus doux et humble de coeur, 

Jésus, amateur de la chasteté, 



— IS* 



rare nobii. 
Jeni, Deui pacis, 
Tesn, auctor vit», 
fétu, exemplar virtutam, 
fesu, zelator animarum, 
fesu, Deus nosler, 
fesu, refugium nottram, 
fétu, pater pauperum, 
fera, thésaurus fidelium, 
fesu, bone Pastor, 
fesu, lux vera, 
Jesu, Mipientia aeterna, 
Jesu, bonitas infinita, 
tesu, via et vita nostra, 
Jesu, gaudium Angei 

rum, 
Jesu, rex Palriarcharan. > 
Jesu, inspirator Propheta 

rutn, 
Jesu, magister Apostoi<^ 

mm, 
Jesu, doclor Evangelisy^* 

rum, 
Jesu, forlitudo Martyram, 
Jesu, lumen Confe»i>oriiiBa, 

Jesu, puritas Virginum, 
Jesu, corona Sa? iram 

omnium, miseix - no- 

bis. 
Propitius ^«to, parce no- 
bis, Jesu. 
Propitius esto, exaudi nos, 

Jesu. 
Ab omni malo, libéra nos, 

Jesu. 
Ab omni peccato, libéra 

nos, Jesu. 
Ab ira tuâ, libéra nos, 

Jesu. 



J4MS, < i nonsboBom d« Totrt 
amou ayes pitié de noui. 

Jésm, 1 itu de paix, 
éras, a .tcu' de la vie, 
J Jésus, modèle des vertus, 
Jésus, zélateur des ftm«s, 
ésns, no; re Dieu, 
ésus, notxe refuge, 
Jésus, père des pauvret, 

il us, trésor des fidèles, 
ésus, bon Pasteur, 
éfms, vraie lamière. 
' ««, sages étemelle, 
us, bont# ^nie, 
«s, Autre vui : et notre vie, 
mu^ la joie d « Anges, 

«ws, le rm des Patriarches, 
éms, qo^ i&spircf. les Prophètes, 

Jésus le maSire de Apdtres, 

Jésu x:teur de'^ Evangé- 

Jésu» 'a f« ce des Martyrs, 
jésu , la Ututiière des Confes* 

Je ^.\m pwK-îé des Vierges, 
Jt oaronne de tous les 

* , ayez pitié de nous. 

*-= 'OU s propice, Jésus, par- 

-nous. 
bu) >us propice, Jésus, ex> 

Un,c nos prières. 
I>r tout mal, délivrez-nous, 

\ ésus. 

De tout péché, délivrez-nous, 

JéàUS. 

De votre co.cre, délivrez-nous, 
Jésus. 



^ÊÊà 




-16. 



lu 



[ " 



|l|'!' , 



u 



."1. 



f; 



<\ I 



Ab iBtidili diaboli, Ubtim 
noi, Jem. 

A «plrito fornIcadonU, 

«ber» nos, Jtn. ' 

A morte ptrpetua, libem 

no^ Jetu. 

A neglecta inipinitlomiin 

tuamin, libéra noijesu. 

*^«'" myKerium Mncue In- 

camationit tue. libéra 

DOf Jestt. 

Per Navitatem tnam. li. 

beranoijetu. 
rtr Infantiam taam, libéra 

not,^e»u. 
Per dtvinisiiiiuuB viUm 
tuam, libéra nos. Te.u. 
rtr labores tuoi, libéra 

nos, Je8u. 

Per agoniam et Passionem 

tuam, libéra nos, Têtu. 

Per Crucera et derrlictio. 

nem tuam, libéra noi. 

Jesu. * 

Per laïu'uorei tuoi, libéra 

nos, Jesu. 
Per mortemet sepulturam 

tuam, libéra no8,Jei.u. 



Per Resurrcctionem tuaro 

libéra nos, Jesu. 
Per Ascensionem tuam 

libéra nos, Jesu. * 

Pergaudiatua,libenino8 
JcMi. ' 

Per ^îoriam tuam, libéra 

nos, Jesu. 
Agnus Dei, qui toUis pec 

catamundi, parce nobis. 
Jesu. * 



Dw «mbtebM àm démon, dtfli. 
De l'eaprit de fornicatloa. déli. 

we la mort perpétuelle, déli. 

vre*-noM Jé«,g. 
Oa mépris de rot divines In.pi- 

ra ion., délivrea-noui, J««„V 
Pyle myrtère de Yotre aain e 

JéST^ • ***"^»-»«». 

**'- J°*ÎL_^»''*'°««. délltrea- 
nous, Jésus. 

^"é^r *"^°**' <*<"viei.«oos, 

P«r votre vie tonte divine. Jéli. 
,»re».nous, Jésus. * 

Parros travaux, délivrez-aous. 
jesus. ' 

Par votre agonie et par votre 
t-assion, déhvrez-nous, Jésus 

ntué.r"^' ^'"^**'- 

^yj^'"°g"eurs,déliviez.no«f, 

Par votre mort et par votre 

sépulture, délivrezlnous. Je! 
sus. ' -"^ 

Par votre Résurrection, déli- 
vrez -nous, Jésus. 

^"'"'^'^^A«=^rision, délivrez, 
nous, Jésus. 

Par vos saintes joies, délivrez- 
nous, Jésus. 

^ Jés'îiT* ^^'''"' '^^^•^'■"-noas, 

^e"/f "<>« Dieu, qui effacez les 
péchés du monde, pardonnez- 
nous, Jésus. 



-17 



Agms Del, mil tolll* pee- 

eau mundi, eutudi nos, 

Jcm. 
Agnat Dti, qui tollU pec- 

caU mnndi, miierere 

Boblt» 

V. Confitcbimnr ttbl, 
Dcui. K. Et InTucabimut 
nomen taum. 

OMMUS. 

DOMINX Jeni Chriate, 
qal dixisti: Petite, 
et acdpietis; qaserite, et 
inrenlnit t pu1sate,et ape- 
rietur vobii) quamuinni, 
da nobi» petentibut divU 
niuimi tui amorii aflec- 
tum, nt te toto corde, ore 
et opère dtligamus, et à 
tui nunquàm laude cet' 
■emui. Qui vivU et régnas 
in «eecula s^ecttlorum. 
Amen. 



Agne«« M tnum» qal «ffiMcs lei 

péchia du monde, exaucei< 

nous, JétM. 
Agneaa de DIn, oui eflacei les 

péché* du aonde, ayex pitié 

de noni. JéflM. 

V. Nous voua bénirons, 9 
Dieu 1 K. Et nous invoqueron» 

totre nom. 

PRIONS. 

SBiGNSUR Jésus-Christ, qui 
aves dit ; Demai de*, et 
vous recevrez ; cherchez, et 
vous trouverez ; frappez, et il 
vous sera ouvert ; faitcK-iious, 
s'il vous platt, la gr&ce de con< 
cevoir raflection d. voire amour 
tout divin, afin que iious vous 
aimions de tout notre cœur en 
vous confessant de bouche et 
d'action, et qui- j.imais nous ne 
cessionsde vous louer. Vousqiii 
vivez et régnez dans les siècles 
des siècles. Ainsi soit-il. 



UTANIES DE LA SAINTE VIERGE. 



KYRIE, eleison. 
Christe, eleison. 
Kyrie, eleison. 
Jhriste, audi nos. 
Christe, exaudi nos. 
Pater de cœlis, Deus, mi- 
serere nobis. 



SEIGNEUR, ayez pitié de nous 
Christ, ayez pitié de nous. 
Seigneur, ayez pitié de nous. 
Jésus, écoutez nous. 
Jésus, exauçez-nous. 
Dieu le Père, des deux où vous 
êtes assis, ayez pitié de nous. 



Il 



■ I 



:'i ' 



I ■ 

é 



— 18 — 



« 

3 

s 
o 
cr 

M 



Blli 



Fili, Redemptor mundi, 

Deus, miserere nobis. 
Spiritus sancte, Deus, mi- 

serere nobis. 
Sancta Trinita», unus 

Deus, miserere nobis. 
Sancta Maria, ora pro 

nobis. 
Sancta Dei Genitrix, ont 

pro nobis. 
Sancta Virgo virginum. 
Mater ChrUti, 
Mater divinae gratiae, 
Mater purissimn. 
Mater castissima, 
Mater inviolata, 
Mater intemerata 
Mater amabilis. 
Mater adaiirabilis 
;;Rter boni consîlît. 
Mater Creatoris, 
Mater Salvatoris, 
Virgs prudentissima, 
Viigo veneranda, 
Virgo prsedicanda, 
Virgo potens, 
Virgo clemens, 
Virgo fidelis, 
Spéculum justitise, 
Sedes sapientiae, 
Causa nostrae laetitiae. 
Vas spirituale, 
Vas honorabile, 
Vas insigne devotionis, 
Rosa mystica, 
Turris Davidica, 
Turris ebumea, 
Domus aurea, 
Fœderis arca, 
Janua cœli, 
Stella matutina. 
Salas iufirmorum 



Dien le Fils, Rédempteur du 
monde, ayez pitié de nous. 

Dieu le Saint-Esprit, ayez pitié 
de nous. 

Trinité sainte, qui êtes un seul 
Dieu, ayez pitié de nous. 

Samte Marie, priez pour nous. 

Sainte Mère de Dieu, 



c 

a 
o 

S 



Samte Vierge des vierges, 

Mère de Jésus Christ, 

Mère de l'auteur de la grâce. 

Mère très pure. 

Mère très chaste. 

Mère sans tache. 

Mère toujours vierge, 

Mère aimable, , 

Mère admirable. 

^»;f '■^j'^"^^°" conseil, 
Mère du Créateur, 

Mère du Sauveur, 

Vierge très prudente, 

Vierge vénérable. 

Vierge digne de louanges, 

Vierge puissante, 

Vierge pleine de bonté. 

Vierge fidèle, 

Miroir de justice, 
Temple de la sagesse divine. 
*-ause de notre joie, 
Demeure du Saint-Esprit 
Vaisseau honorable, ' 
Exemplaire de la vraie dévotion 
Kose mystérieuse. 
Gloire de David, 
Modèle de puteté. 
Sanctuaire de la charité 
Arche d'alliance, ' 

Porte du ciel, 
Etoile du matin. 
Ressource des infirmes, 



— 19 — 



Retugium peccatoram, 
Consolatrix afflictorum, 
Auxilium Christianorum, 
Kegina Angelorum, q 
Regina Patriarcharutn, g 
Regina Prophetanira, *a 
Regina Apostolorum, 3 
kegina Martyrum, g 

Regina Confessorum, gt 
Regina Virginum, '' 

Regina Sanctorum om- 
nium, 
Regina sine labe originali 

concepia, 
Regina sacratissimi Ro- 

sarii, 
Agnus Dei, qui tollis pec- 

cata mundi, parce nobis, 

Domine. 
Agnus Dei, qui tellis pec- 

cata mundi, exaudi nos, 

Domine. 
Agnus Dei, qui tollis pec- 

cata mundi, miserere 

nobis. 

V. Invoca Dominum 
pro nobiï ; R. Et libéra 
nos de morte. 

ORKMUS. 

DKiiîNDE, quœsumus, 
Domine, beaiâ Ma- 
ria semper virgine inti-ice- 
dente, islam ah omni ad- 
rersitate familiam, et toto 
:orde tibi prostratam, ab 
nostium propilius tuere 
clementer insidiis. Per 
Christum Dominum nos- 
trum. 



3. 

n 

N 




"I 

9 

S 



Refuge des pécheurs, 
Consolatrice des affligés. 
Secours des Chrétiens, 
Reine des Anges, 
Reine des Patriarchen, 
Reine des Prophètes, 
Reine des Apôtres, 
Reine des Martyrs, 
Reine des Confesseurs, 
Reine des Vierges, 
Reine de tous les Saints, 

Reine conçue sans péché, 

Reine du très saint Rosaire, 



Agneau de Dieu, qui effacez les 
péchés du monde, pardonnez- 
nous. Seigneur. 

Agneau de Dieu, qui effacez les 
péchés du monde, exaucez- 
nous, Seigneur. 

Agneau de Dieu, qui effacez les 
péchés du monde, ayez pitié 
de n«»us, Seicneur. 
V. Intercédez pour nous, 6 

Marie, auprès du Seigneur ; 

K. Et délivrez-nous de la mort. 

PRIONS. 

SEIGNEUR, défendez, s'il vous 
plaît, de tout mal, par l'in- 
tfrce.-sioft de la bienheureuse 
Marie toujours vierge, cette fa- 
mille qui se prosterne devant 
vous de tout son cœur, et déli- 
vrez-la par votre miséricorde des 
]iièges de ses ennemis. Par 
Jésus-Christ Notre- Seigneur. 



^^i^dg^ê^U^ 



-*'-^-^--^'^- 



i V- I 



— 20 — 



SUB tuum praesidium 
i^ . ^confugimus, sancta 
iJei Genttrix ; nostras de- 
precationes ne despicias in 
necessitatibus ; sedàperi- 
culis cuncds libéra nos 
semper, Virgo gloriosa et 
benedicta. 



PKièxX A LA SAINTE VIERGE. 



SAINTE Mère de Dieu, nous 
recourons à votre protcc 
tion • ne dédaignez pas nos 
prières dans nos besoins ; mais. 
6 glorieuse et sainte Vierge, 
déhvrez-nous constamment de 
tous les dangers. 



PRIÈRE AU SAINT ANGE GARDIEN. 



ANGELE Dei, qui cus- 
tos es mei, me tiW 
commissum pietate super- 
nâ, hodiè illumina, cus- 
todii rege et guberna. 
Amen. 



ANGE de Dieu, qui êtes mon 
^ gardien, puisque lé ciel 
ma confié à vous dans sa bonté, 
éclairez-moi, gardez-moi, diri- 
gez-moi et me gouvernez aujour- 
d'hui. Ainsi soit-il. 



BJNEDICITE, ou PRIÈRE AVANT LE REPAS. 

BENEDICITE, Dominus, 
nos etea quae sumus 
sumpturi benedicat dex- 
tera Christi. In nomine 
Patris, etc. 



BÉNissEz-Nous, Ô mon Dieu, 
ainsi que la nourriture que 
nous allons prendre. Au nom 
du Père, etc. 



GRACES, ou PRIÈRE APRÈS LE REPAS. 



AGIMUS tibi gratias, 
omnipotens Deus, Rro 
universis beneficiis tûis, 
qui vivis et régnas in sae- 
cula sseculorum. Amen. 
In nomine Patris, et Filii 
etc. ' 



Nous vous rendons grâces 
de tous vos bienfaits, 6 
Uien tout-puissant, qui vivez et 
régnez dans les siècles des siè- 
clés Ainsi soit-il. Au nom 
du Père, et du Fils, etc. 



PRIÈRE POUR LES DÉFUNTS. 

IDELIUM animae. par ' /-^ ue les âmes des fidèles dé- 

reposent en paix, 



misericordiam 
tequiescant in pace. 




^^_^ funls reposent en j. 
par la miséricorde de Dieu. 
Ainsi soit-il 



CATÉCHISME 



LEÇON PRÉLIMINAIRE. 



^^ 



Etes-vous chrétien ? 

Oui, par la grâce de Dieu. 

Pourquoi dites-vous par la grâce de Dieu t 

Parce que c'est un don de Dieu, et le plus 
orand de tous les dons que d'être chrétien. 

Qu^est-ce qu'un chrétien ? 

C'est celui qui, ayant été baptisé, croit et pro- 
fesse la doctrine chrétienne. 

Qu^est ce que la doctrine chrétienne f 

C'est la doctrine que Notre-Seigneur nous a 
révélée lorsqu'il vivait sur la terre, et que la 
sainte Eglise nous enseigne. 

Où est contenue la doctrine chrétienne ? 

Dans l'Ecriture sainte et dans la Tradition. 

Est-il nécessaire de savoir la doctrine chrétienne ? 

Oui, si nous voulons être sauvés. 

Est-il nécessaire de savoir distinctement toute la 
ioctrine chrétienne ? 

Non ; mais il faut an moins savoir le mbole 
des apôtres, l'oraison dominicale, les comman- 
dements de Dieu, ceux de l'Eglise et être 
instruit des sacrements que l'on doit recevoir. 



If! 



I 



— 22 — 

Où devez-vous apprendre cette doctrine t 
Dans le Catdchisme. 
Qu'est-ce que le Catéchisme t 

cJnotienne, où nous apprenons 1° les vd 
que nous devons croire; ^ les devoirs 

Uieu a établis pour nous sanctifier. 



'!! /: 




— 23 — 



a doctrine! 
les vdritésl 
îvoirs que: 
>yeiis quel 



rRËMIÈllE PARTIE. 



DES \k\ink3 QUE NOUS DEVONS CROIRE. 

LEÇON PREMIÈRE. 

DU SYMBOLE. 

QmlUn sont les vérités que nous devons croire f 

Nous devons croire les vérités contenues 
; du!>s le Symbole des A))ôtres et génémlement 
jtout co que TÉglise nous enseigne. 

Qu'est-ce que le Symbole ? 

ha Symbole est une profession de foi qui 
nous vient des Apôtres. 

Récitez le Symbole des Apôtres. 

1. Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, 
créateur du ciel et de la terre ; 

2. Kt en Jésus-Christ, son Fils unique, notre 
Seigneur ; 

3. Qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de 
la Vicîge Marie ; 

4. A souffert f^ous Ponce Pilate, a été cru- 
cifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux 
enfers ; 



lu 



h 



m- 






:;i 



si' 



|: 



«''!' 



— 24 — 

5. Le troisième jour est ressuscite de 
morts ; 

6- .Est/nonté aux deux, est assis à la droite 
de Dieu, le Père tout-puissant; 

molts^'^"^ ^ ^^^°^^ •'"^®' ^®® ^^^*°*^ ®' ^^ 

8. Je crois au Saint-Esprit; 

9. La sainte Eglise Catholique, la Commu 
mon des Saints; 

10. La rémission des péchés; 

11. La résurrection de la chair; 

12. Et la vie éternelle. Ainsi soit-il 



LEÇON II. 

l^"- article: Je crois en Dieu, le Père touU 
puissant, créateur du ciel et de la terre. 

§ 1. DE DIEU ET DE SES PERFECTIONS. 

Qu^eat-ce que Dieu f 

Dieu est un pur esprit, éternel, infiniment 
parfait, créateur du ciel et de la terre, et sou- 
verain Seigneur de toutes choses. 

Pourquoi ditesvous que Dieu est un pur esprit f \ 

Je dis que Dieu est un pur esprit, parce i 
quil na m corps, ni figure, et qu'il ne peut i 
tomber sous nos sens. 



-26- 

Pourquoi dxte$-wms quê Vieu Mt /temét f 
Je dis que Dieu est éternel, parce qu'il a 
[toujours été, qu'il n'a point eu de commence- 
[ment et qu'il n'aura jamais de fin. 

Pourquoi dites-vous que Dieu est le souverain 
\ Seigneur de toutes choses f 

Je dis que Dieu est le souverain Seigneur de 
toutes choses, parce qu'il est le maître de tout, 
qu'il gouverne tout, et que rien n'arrive en ce 
monde sans son ordre et sans sa permission. 

Où est Dieu ? 

Dieu est partout, au ciel, sur la terre, et en 
tous lieux. 

Dieu voit-U tout 9 

Oui, Dieu voit tout ; rien ne lui est caché ; 
j il connaît même nos plus secrètes pensées. 

Dieu gouverne t-il tout f 

Oui, Dieu gouverne toutes choses par sa 
puissance, sa sagesse, sa bouté et c'est ce que 
l'on appelle la Providence. 

Dieu est-il juste ? 

Oui, Dieu est juste, car il récompense et 
punit chacun selon ses œuvres. 

Dieu est-il miséricordieux ? 

Oui, car il veut sauver tous les hommes, et 
il pardonne aux plus grands pécheurs, s'ils ont 
un véritable regret do l'avoir offensé. 



én^àsmm 






— 86~ 



i» 






l 






§ 2. DES PRINCIPAUX MYSTÈRES DE LA RELIGION. 

Il y a-t'U plusieurs Dieux f 

Non, il n'y a qu'un seul Dieu et û ne peut y 
on avoir qu'un seul. 

Pourquoi dites-vous Je crois en Dieu, le Père? 
Je dis Dieu le Père pour marquer que la 
première personne en Dieu 8'api)elle le Père. 
Con^ien y Ort-il de personnes en Dieu ? 

n y a trois personnes en Dieu : le Père, le 
Fils et le Saint-Esprit. 

Ze Père est-U Dieu f 

Oui, le Père est Dieu ? 

Ze Fils est-U Dieu t 

Oui, le Fils est Dieu. 

Ze Saint-Esprit est-U Dieu f 

Oui, le Saint-Esprit est Dieu. 

Sont-ce trois Dieux f 

Non, le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne 
sont qu'un seul et même Dieu» 

Y at-il quelqu'une des trois personnes divines 
qu% soit plus grande, ou plus puissante, ou plus 
ancienne que les autres ? 

Non, ces trois personnes sont égales en toutes 
choses. 

Peut-on cùmprendre comment trois j)ersonnes 
distinctes ne /ont qu'un seul Dieu ? 
Non, c'est un mystère. 



»o 



— 27 — 

Qu*eêt-e9 qu'un myêtère t 

Uu mystère est une vérité révélée de Dieu, 
lue nous devons croire quoique nous ne puis- 
ions pas la comprendre. 

Combien y a-t4i d» principaux myithres de la 
Religion t 

Il 7 en a trois : le mystère de la Très Sainte 
Trinité, le mystère de l'Incarnation et le mys- 
tère de la Rédemption. 

Qu'est-ce que le mystère de la Sainte Trinité f 

C'est un seul Dieu en trois personnes dis- 
tinctes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit 

Qu'est-ce que le mystère de l'Incarnation t 

Le mystère de l'Iucarnation, c'est le Fils do 
Heu fait homme. 

Qu'est-ce que le mystère de la Rédemption f 

Le mystère de la Réderaptiou, c'est Jésus- 
'hrist mort sur la croix pour racheter tous les 
lommes. 

§ 3. DES BONS ET DES MAUVAIS ANGES. 



Pourquoi, dans le Symbole, appelez-vous Dieu 
\créateur du ciel et de la terre ? 

Parce que Dieu a fait de rien le ciel et la 

[teiTC et tout ce qu'ils renferment. 

Quelles sont les plv^ parfaites créatures de 
Dieu ? 
Ce sont les Anges et les hommes. 






Qu*9ilreê que leê Angêê t 

Les Anges sont de purs esprits qne Dieu a 
crées pour l'adorer et pour exécuter ses ordres. 

£n qu^ état Dieu cht-il créé les Angeë f 

Il les a créés bous et saints. 

Leê Angeê orU-Uê toui persévéré datiê cet heureux 
étatt 

Les uns ont persévéré, ce Aont les bons 
Anges ; les autres sont tombés par orgueil, ce 
sont les mauvais Anges ou les démons. 

Quel est maintenant l'état des bons Anges t 

Ils jouissent de la vue de Dieu dans le ciel 
et sont parfaitement heureux. 

Les Anges prennent-ils éoin de nous f 

Oui, Dieu nous a donné à chacun un Ange 
qui prend soin de nous eo^ous garde, et c'est 
pour cela qu'on l'appelle Ange Gnrdien. 

Quels sont nos devoirs à Végard de notr^ Ange 
Gardien f 

Nous devons respecter la présence de notre 
Ange Gardien, et l'invoquer dans nos tentations 
et nos dangers. 

Comment Dieu a-t-il puni les mauvais Anges f 

Dieu a puni les mauvais Anges en les chas- 
sant du ciel, et en les condamnant aux suppli- 
ces de l'enfer. 

Les mauvais Anges ne cherchent-ils pas à nous 
porter au mal ? 

Oui, les mauvais Anges cherchent à nous 




BT an mal, parce qu'ils sont jaloux du bon- 
leur éternel qui nous est promis. 

1 4. DE LA CRÉATION DE L'HOMMB. 

Qu*fiêi^« que VhomtM t 

L'homme est une créature raisonnable, com- 
I posée d'un corps et d'une âme. 
Qu'eêt-ce que VàtM î 

L'âme est un esprit créé à l'image de Dieu, 
[pour être uni à un corps, et qui ne mourm 
[jamais. 

Queh sont le premier homme et la première 
femme que Dieu a créé» î 

Adam et Eve, et c'est d'eux que descendent 
Itous les hommes. 

De quoi a-t-U formé le corps du premier homme t 
Il l'a formé de terre. 
Et son dme ? 

Il l'a créée, c'est-à-dire faite de rien. 
Pour queUeJm Dieu nous a-t-il créés et mis au 
monde ? 

Pour le connaître, l'aimer, le servir sur la 
terre et, par ce moyen, parvenir au bonheur du 
ciel. 

Dans quel état Dieu créa-t-U nos premiers 
parents ? 

Dans un état de sainteté et de bonheur. 



MM 



If 









't;^ 



Oà U» plaça4M f 

Bans le Paradis terrestre. 

Con$«riir«tU-iiê Umgtsmpê ut Keurmx état f 
Non, ils le perdirent bientôt par leur déso- 
béissance. 

JBn quoi déêobéirent-ili à Dieu t 
En mangeant d'un fruit dont Dieu leur avait 
défendu de manger. 

Qui les porta à déêohéir ainei f . 

Ce fut le démon, sous la forme d'un serpent. 

Qud mal produisit pour eux cette déeobéiêaance t 
Elle les dépouilla de la grâce dé Dieu, et ils 
demeurèrent pécheurs et dignes de l'enfer. 

Comment enfurent-ih punie f 
Ils furent chassés du Paradis terrestre, con- 
damnés aux misères de la vie et à la mort. 

Le péché de notre premier père noue Ort-U été 
nuisible f 

Oui, car privés de la grâce de Dieu comme 
enfants d'Adam, nous naissons dans un état de 
péché. 

Comment s'appelle ce péché que nous tirons de 
notre origine ? 

Il s'appelle péché originel. 

Tous les hommes naissent-ils avec le péché origi- 
nel ? 

Oui, tous les hommes naissent avec le péché 
originel j la Saiute Vierge seule en a élu pré- 



y :- 



-tt- 

Uvée : c'est pour cela qu'on l'appelle rimma- 
ilée Conception. 

Quêlê tant Ui ^etê du péché oriffinel pour la vie 
wyféttentt t 

r Ce sont Vignorance, la concupiscence, ou 
linclination au mal, les misèies de la vie, la 

■mort. 

Quels en Bontlêêêfetê pour la vie future t 

Ceux qui meurent avec le péché originel 

seront à jamais privés du bonheur du ciel. 

Dieu a-t-il encore aimé les hommes dans l'élat du 

Oui, car il leur a prumis et donné un bau- 
Iveur. 

Quel est ce Sauveur t 

C'est Notre-Seigneur Jésus-Christ 



LEÇON III. 

Du IP ARTICLE DU SYMBOLE: Et CU JésUS- 

Chris, son Fils unique, Notre-Seigneur. 

DE JÊSUS-CHRIST. 

QiCest-ce que Jésus-Christ t 
Jésus-Christ est la seconde personne de la 
Sainte Trinité, le Fils de Dieu fait buuime. 
Que veut dire le mot Jésus f 



'Mit< 



M 

II: 





1': 


[i ■ ■■'• 




',^ il 

1 ': ; 1 

■ ■ .[ 


1 • 



-S2- 

J(îsns vent dire sauveur. 

Que veut dire le mot Christ ? 

Christ signifie consacré par une onction sainte. 

r r.irauoi dites- vous qvs Jésus-Christ est fila 
H!uque du Phe ? 

Piirce qr . seul il est fils de Dieu par nature, 
DitMi liii-inime, égal à son Père. 

Jésus-Christ, en prenant la nature humaine, a- 
t-U cessé d^être Dieu ? 

Non, il est Dieu et homme tout ensemble. 

Combien y a-t-il de natures en Notre-Seiyneun 
Jésus-Christ ? 

Il y a deux natures en Notre-Seigncur Jésus-I 
Christ: la nature divine «t la nature humaine.] 

Combien de volontés ? 

Deux: la volonté divine et la volontél 
humaine. 

Combien de personnes ? 

Une seule : la personne du Fils de Dieu. 

Pourquoi appelez-vous Jésus-Christ, notre Soi-i 
gneur ? 

Parce qu'il est notre Dieu et notre Sauveur, i 

Vous dites que Jésus-Christ est notre Sauveur : 

de qtioi nou^ a-t-il sauvés ? 

Il nous a sauvés du péché, et de l'enfer que 

nous avions mérité par le péché. 



•i" .'. 



— 88 — 



LEÇON IV. 

)U IIP ARTICLE DU SYMBOLE : Qui a été conçu 
du Saint-Ksprit, est né de la Vierge Marie. 

DU MYSTÈRE DE L*INCARNATION. 

Qu'entendez-vous par ces paroles du Symbole : 
lui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la 
''ierge Marie 1 

J'entends que Jésus-Christ, qui est le fils de 
Jieu, a pris un corps et une âme semblables 
[ux nôtres, dans le sein de la bienheureuse 
''ierge Marie, par l'opération du Saint-Esprit. 
Quel jour Jésus-Christ est-il né? 
Jésus-Christ est né le jour de Noël. 
Où Jésus-Christ est-il né ? 
Jésus-Christ est né à Bethléhem, petite ville 
Ide Judée, dans une pauvre étable. 

Quel jour Jésus-Christ a-t-U été adoré par les 
\ Mages f 

J Jésus-Christ a été adoré par les Mages, le 
jour de l'Epiphanie, qu'on appelle aussi le jour 
i des Bois. 

Quel jour fut-il présenté au temple t 
Jje jour de la Purification, deuxième jour de 
février. 



Mêê^H 



'■r% 



I 



-84- 

de^st^^T'^^"^'^'"''"^'''^ ^"^^''^ grande parti 
Dans la petite ville de Nazareth. 
Que fit-il à Nazareth ? 
II fut soumis à ses parents, menant une vit 

laboneuse et cachëe. 

^^mbien de temps Jésus-ChHst a-t-il vécu sur la 

Environ trente-trois ans. 
mt^lt^' ''^'^''^^■'■^ à prêcher et à faire des 

A l'âge de trente ans. 

Que nous Ort-il enseigné? 

^trL°T f T^'^''^ '^ ^"'^1 faut faire' pour 
être saint et aller au ciel. 

Que nous at-U prouvé par ses miracles ? 

fea mission divine et la vëritë de s.i doctrine 

Malgré ses miracles et ses bienfaits, ils ne 
lurent pas le reconnaître i.our le lils do i 
^leu et ils demandèrent sa mort. ! 




: i- 



— 36 — 



LEÇON V. 

m IV® ET DU V® AnilCLE DU SYMBOLE: A 

souffert sous Ponce Pilaic, a été ciucilié, 
est mort et a été enseveli, est des- 
cendu aux enfers, le troisième 
jour est ressusci*^^é des 
morts. 

DU MYSTÈRE DE LA RÉDEMPTION. 

Que signifient ces paroles du Symbole : A souffert 
)us Ponce Pil.ite, a été crucifié, est mort ? 

Elles sig'Mliunt que Notre- Seigneur, con- 
iiuné par un juge nommé Ponce PMate, a 
)uffert de cruels supplices, et est mort sur une 
>roix. 

Quel jour N.-S. est-il mort ? 

l^ Vendredi Saint, à trois heures de l'après- 
lidi. 

Pourq>ioi est-il mort ? 

Pour racheter tous les hommes. 

Comment nous a-t-il rachetés ? 

JLn souffrant pour nous comme homme, et en 
[donnant comme Dieu un prix infini à ses souf- 
Ifrances. 

Etait-il nécesmirè çne N.-S. endurât tant da 
\ tourmenta et (^u il mourût pour nous racheter ? 



\: .' 



-86- 

Non, Jésus-Christ pouvait nous racheter par 
la moindre de ses actions. 

Pourquoi donc Ort-U voulu tant souffrir ? 

Jésus-Christ a voulu souffrir les plu3 cruels 
tourments, pour nous témoigner son amour, et 
nous faire mieux comprendra la grandeur' de 
nos péchés. 

Q^ts fit-on du corps de J.-C. après sa mort f 

On l'ensevelit et on le mit dans un sépulcre. 

Que devint son âme Haut séjtarée de son sorps ? 

Elle descendit dans les Enfers, c'est-à-dire 
dans les Limbes, pour en délivrer les âmes des 
justes qui attendaient sa venue. 

La divinité se séparort-elle du corps et de l'âme ? 

Non, la divinité demeura unie au corps dans î 
le sépulcre, et h l'âme dans les Limbes. 

Quel jour Notre-Seigneur est-il ressuscité ? 

Notre-Seigneur est ressuscité le jour de 
Pâques, le troisième jour après sa mort. 
Comment Jésus-Christ est-il ressuscité? 

Jésus-Christ, par sa toute-puissance, réunit 
son âme à son corps et sortit vivant du tom- 
beau. 

Combien de temps Jésus-Christ demeura-t-il sur 
la terre après sa résurrection ? 

Quarante jours, pendant lesquels il apparut 
plusieurs fois à ses disciples, mangea avec eux i 
et leur donna ses dernières instructions. û 



— 87 — 



LEÇON VI. 

)U VP ET DU VIP ARTICLE DU SYMBOLE : Est 

monté aux cieux, est assis à la droite 

de Dieu, le Père tout-puissant; 

d'où il viendra juger les 

vivants et les 

morts. 

DE l'ascension DE NOTRE- SEIGNEUR ET DU 
JUGEMENT DERNIER. 

Que signifient ces paroles : Est monté aux 
lieux ? 

Ces paroles : " Est monté aux cieux " signi- 
lent que le quarantième j ur après sa résur- 
rection, Jésus-Christ s'est élevé au ciel, par sa 
propre puissance, en présence d'un grand nom- 
bre de ses disciples. 

Quel jour Noire-Seigneur est-il monté au ciel? 
Notre-Seigneur est monté au ciel le jour de 
irAscension. 

Potirquoi dites-vous que Notre-Seigneur est assis 
\au ciel ? 

Pour montrer qu'il est dans le lieu de son 
jrepos et de sa gloire éternelle. 

_ Pourquoi dites-vous à la droite de Dieu, le Père 
Vout-puissant f 



iteriMi 




.::! 



1! 'i 



•fi' 



t 



^ir 



— 88 — 

Pour si>ifier que Jdsus-Christ qui, comm 
Dieu, est éj,'al à son Père, est élevé, comm 
homme, au-dessus de toutes les créatures. 
Notre-Seigneur n'est-il donc plus sur la terre f 
Comme Dieu, Jésus-Christ est partout 
comme 1 omme il est au ciel et au saint Sacre 
ment de l'autel. 

Que nous emeigne le septième article du Sym 
bole : D'où il viendra juger les vivants et Je 
morts ? 

Il nous enseigne qu'à la fin du monde 
Jesus-Christ descendra du ciel, dans l'éclat d( 
sa majesté, pour juger tous les hommes, et ren- 
dre à chacun selon ses œuvres. 

Que deviendront les hommes après le jngemeni 
général ? 

Les bons iront dans le ciel pour y êtry éter- 
nellenit-nt heureux, et les méchants dans l'en- 
fer pour y souflVir éternellement. 



i'' ' 



T,i^ 



LEÇON VII. 

Du VIII« ARTICLE DU SYMBOLE: Je crois au 
Saint-Esprit. 

Qu'est-ce que le Saint-Esprit ? 
Le Saint- Ksjjrit est la troisième personne 
de lu Suinte Trinité. 



— 89 — 

Où est le Saint-Esprit t 

Le Saint-Esprit est partout; mais il habite 
l'une manière spéciale dans les âmes des justes 
ju'il sanctifie par sa grâce et enrichit de ses 
Idons. 

Combien eompte-t-on de dons du Saint-Esprit f 

On en compte sept, qui sont: la Sagesse 
I l'Intelligence, le Conseil, la Force, la Science, 
lia Piétë et la Crainte de Dieu. 

Quel jour le Saint-Esprit descsmlit-U sur les 
\ apôtres ? 

I^ jour de la Pentecôte, à neuf heures du 

[matin. 

Sous quelle /orme descendit-il f 
Sous la forme de langues de feu. 
Quel effet prodïàsit-il sur les apôtres ? 
Le Saint-Esprit remplit les apôtres de 
[lumière, de zèle, d'amour de Dieu, et répandit 
fen eux ses dons avec surabondance. 

Les apôtres reçurent-ils quelques autres faveurs 
du Saint-Esprit ? 

ils en reçurent de plus le don des langues et 
des miracles. 

Que firent les apôtres après la descente du Saint- 
Esprit ? 

Ils prêchèrent l'Evangile aux Juifs, et ensuite 
à toutes les nations. 

Comment s'appelèrent ceux qui furent convertis et 
baptisés par Us apôtres 9 



^iMid 




\\M 



?* 



il 



n, 



— 40- 

On les appela chrétiens. 

Les chrétiens demeurèrent-Us unis et soumis aux 
apôtres î 

Oui, et cette, société des premiers chrétiens, 
gouvernée par les apôtres, fut appelée l'Eglise. 



LEÇON VIII. 

Du IX» ARTICLE DU SYMBOLE: La sainte 

Eglise catholique, la communion 

des Saints. 

Qu'est-ce que V Eglise ? 

L'Kjîlise est la société des fidèles, établie par 
Notre-Seigneur Jésus-Christ, répandue sur 
toute h terre et soumise à l'autorité des pas- 
teurs légitimes, principalement de notre Saint- 
Père le Pape. 

Qu'est-ce que le Pape ? 

Le Pape est le vicaire de Jésiis-Christ, le 
succe'^^eur de saint Pierre, le chef visible de 
toute l'Eglise et le père commun des pasteurs 
et des fidèles. 

Quels sont, avec le Pape, les pasteurs légitimes de 
V Eglise ? 

Les pasteurs légitimes de l'Eglise sont, avec 
le Pape, les Evêques que Jésus-Christ a chargés 
d'instruire et de gouverner l'Eglise. 



— 41 — 

VEgliêê «êt-êllé it\faillibh f 

Oui, l'Eglise est infaillible, c'est-^-dire 
qu'elle ue peut ni se tromper, ni nous tromper 
dans son enseignement. 

Le Pape est-il infaillible 9 

Oui, le Pape est infaillible, lorsque, s'adrcs- 
sant au monde entier comme chef de l'Ej^llso, il 
définit une vérité de foi ou de morale, et 
déclare qu'elle a été révélée de Dieu. 

Jéauê-Christ a-t-U établi plusieurs églises t 
Non, Jésus-Christ n'a établi qu'une seule 
Eglise, hc?s de laquelle ii n'y a pus de salut. 

Quelle est la véritable Eglise ? 

La véritable Eglise est la sainte Eglise catho- 
lique, apostolique et romaine. 

Pourquoi dites-vous que l'Eglise est sainte î 

Parce qu'elle est sainte dans son fondateur, 
dans sa doctrine, et qu'elle a toujours formé des 
Saints. 

Pourquoi dites-vous que l'Eglise est catholique î 
Parce qu'elle est répandue par toute la terre. 
Pourquoi V appelez-vous apostolique î 
Parce qu'elle vient des apôtres, et qu'elle est 
gouvernée par leurs successeurs. 

Pourquoi rappelez-vous romaine î 
Parce qu'elle a pour chef visible le Pape, 
dont le siège est à.Kome. 

Quels sont ceux qui sont hors de VEjlise ? 




1^ 



; 

^ 


ii!: 

I 
1 



-4S — 



Ceux qui sont ho» de l'Eglise sont les infi- 
dèles, les hérétiques, les schisinatiques et les 
excommuniés. 



LEÇON IX. 

Suite du IX» article— x« article du 

SYMBOLE : La communion des Saints, 

la rémission des péchés. 

Qu'entendez-vous par la communion des Saints f 
J entends que tous les membres de l'Eglise 

ne formant qu'un seul corps, participent aux 

mêmes biens spirituels. 

Quels sont ces biens spirituels communs à tous 
(es fidèles ? 

Ce sont les mérites de Jésus-Christ et ceux 
des justes qui ont été ou qui sont encore sur b 
terre. 

Comment se fait cette communion de biens spiri- 
tuels entre les fidèles qui vivent ensemble sur la 
terre ? 

Cette communion ou communauté de biens 
se fait, en ce que chacun participe aux prières, 
aux bonnes œuvres et à tous les avantages des 
autres fidèles en général et de chaque fidèle en 
partie lier. 

Avons-nous aussi communion qveç ks saints oui 
sont ((ans le ciel f ^ 



-4S- 

Oui, nons avons communion avec les saints 
qui sont dans le ciel. 

Commeni $e/ait eett« eommtmion t 

Par les prières que les fidèles adressent aux 
saints, et les secours que les saints leur procu- 
rent. 

Leif âmes du purgatoire ont-elleê auaiti une part 
aux biens spirituelê communs à tous les Jùlèles f 

Oui, comme membres de l'Eglise, elles parti- 
cipent aux sacrifices, aux prières et aux bonnes 
œuvres des fidèles. 

Qu'entendez-vous par le dixième article du Syntr 
bole : la rémission des péchés 1 

J'entends que Jésus- Christ a donné à son 
E<rlise le pouvoir de remettre toutes sortes de 
péchés. 

Comment V Eglise remet-elle les péchés ? 

L'Eglise remet les péchés par le moyen des 
sacrements de Baptême et de Pénitence. 



LEÇON X. 

Du XI* ET DU XIP ARTICLE DU SYMBOLE : La 

résurrection de la chair, la vie éternelle. 

Qu'entendez-vous par la résurrection de la chair f 
J'entends qu'à la fin du monde tous les 

hommes ressusciteront avec le même corps 

qu'ils auront eu sur la terre. 



ÉÈÊÊÊm 



i h 



lli 









'l« 


, i 

" 1 




i 


f 


i 


;. i^'' 


i 


.. i 


L 



— 44 — 

Qu'êntendez^us par la vie étêmelU t 

Faradis d une vie éternellement heureuse. 

Ils nous rappellent nos fins dernières. 
Quelle» sont le» fins dernière» de V homme f 
Les fins dernières de l'homme sont : la Mort, 
le Jugement, le Ciel ou l'Enfer. 
Qu*e»t-ce qtte la Mort f 
La Mort est la séparation de l'âme et du 

Qtie devient le corps aprè» la Mort f 

Après la Mort le corps se corrompt et tombe 

en poussière, mais il ressuscitera à la fin du 

monde. 

Que devient VAme aprè» la Mort f 

Après la Mort, l'âme paraît devant Dieu, 
pour être jugoe sur ses actions bonnes et mau- 
vaises; cest ce qu'on appelle le jugement parti- 

pJt^f "" ''"'^•^ >^^-^ ^- ^« J-9ement 

lioutul 7"^ ^^ jugement gc'néral. qui aura 
lieu a la fin du monde, devant tous les hommes. 

Quel est le but du jugement général ? 

Le but du jugement général, c'est de mani- 
fester à la face du monde entier, la justice des 
jugements de Dieu. '' ^ 



.46 — 

Où va Pâme aprèi îejugemmt partieutier t 

L'âme après le jugement particulier va au 
I Ciel, ou en Purgatoire, ou en Enfer. 

Qu'egt-ce que le Ciel f 

Le Ciel, qu'on appelle aussi le Paradis, est un 
lieu de dëlices, où les Anges et les Saints jouis- 
sent avec Dieu d'un bonheur étemel. 

Qu'est-ce que le Purgatoire t 

Le Purgatoire est un lieu de souffrances où 
les âmes des justes achèvent d'expier leurs 
péchés avant d'entrer dans le Ciel. 

Qu'est-ce que V Enfer f 

L'Enfer est un lieu de tourments où les 
damnés sont pour toujours séparés de Dieu et 
Bouffent, avec les démons, des supplices qui ne 
finiront jamais. 



LEÇON XI. 

DU SIGNE DE LA CROIX. 

Comment faisons-nous profession cPêtre chré- 
tiens ? 

En récitant le Symbole des Apôtres. 

N'y a-t4l pas un antre signe qui sert à faire 
connaître qv^ nous sommes chrétiens ? 

Oui, le signe de la croix. 

Comment fait on le signe de la croix f 



On fait le signe de la croix, en portant 1 
main droite au front, puis à l'estomac, ensuit 
de l'épaule gauche à la droite. 

Que dit-on en faisant h signe de la croix f 
On dit : Au nom du Père, et du Fils, et di 
Saint-Esprit. Ainsi soit-il. Ou bien en latin 
In nomine Patrie, et FilU, et Spiritua Sancii 
Amen. 

Le signe de la croix ne représente-t-U pas quel 
ques mystères f 

Oui, il représente les trois principaux mys- 
tères de notre religion. 

Quand doit-on faire le signe de la croix f i 

On doit faire souvent le signe de la croix ; 

mais surtout à son réveil, en se couchant, en 

commençant ses prières et ses travaux, avant 

et après ses repas et dans les grands dangers. 

Bst-il bon de faire souvent le signe de la croix? ' 

Oui, parce que Notre-Seigneur accorde des 

grâces à ceux qui le font avec une ferme foi. 




. Ai 



^^ 



— 47 — 



DEUXIÈME PARTIE. 



IDES DKVOIBS QT7B NOUS DEVONS PBATIQUEB. 



LEÇON I. 

DES COMMANDEMENTS DE DIEU. 

f 

Suffit-ily pour être sauvé, cTavoir été baptiséy de 
•oire le Symbole et toutes les vérités que V Eglise 
tous enseigne ? 

Non, il faut encore observer les Commande- 
lents de Dieu et ceux de TEgKse. 

Combien y a-t-U de Commandements de Dieu f 

Il y en a dix. 

Récitez les Commandements de Dieu, 

1. Un seul Dieu tu adoreras 

et aimeras parfaitement. 

2. Dieu en vain tu ne jureras, 

ni autre chose pareillement. 

3. Les Dimanches tu garderas, 

en servant Dieu dévotement, 

4. Tes père et mère honoreras, 

afin de vivre longuement. 
6. Homicide point ne seras 

de fait ni volontairement. 



i%m 



mi 



— 48 — 

6. Luxurieux point ne seras 

de corps ni de consentement 

7. Le bien d'autrui tu ne prendras, 

I" retiendras à ton escient. ' 
o. Faux témoignage ne diras, 

ni mentiras aucunement. 

9. L œuvre de chair ne désireras 

T>- ^^'^^ mariage seulement. 

10. Biens d'autrui ne convoiteras ' 

pour les avoir injustement. 
Quel est Vahrégé de tous les commandements t 
L amour de Dieu et du prochain. 



LEÇON II. 

DU PBEMIEB COMMANDEMENT DE DIEU. 
§ 1. DE LA FOI. 

Le premier commandement de Dieu nous 
o^onne d'adorer Dieu et de l'aimer de tou 
notre cœur. 

l-ar la Foi, 1 Espérance et la Charité, qu'on 
appeUe vertus théologales, et par la vertu de 
religion. ^ 



— 49 — 

Qu*e8t-ee que la Foi t 

La Foi est une vertu surnaturelle, par 
laquelle nous croyons fermement en Dieu, et 
tout ce qu'il a révélé à son Eglise. 

Pourquoi devons-nous croire tout ce que Dieu 
a révélé à son Eglise f 

Parce que Dieu est la vérité même, ^t qu'il 
ne peut ni se tromper ni nous tromper. 
Quels sont ceux qui pèchent contre la Foi f 
Ceux qui refusent de croire quelque vérité 
de foi, ou qui en doutent volontairement ; ceux 
qui négligent de s'instruire de la religion, ou 
qui en rougissent devant les hommes. 

Que/aut-il surtout éviter pour conserver la Foi f 
La fréquentation des hérétiques et des im- 
pies, les lectures et les conversations contraires 
à la Foi. 

Faites un acte de Foi. 

Mon Dieu, je crois fermement toutes les 
vérités que vous avez révélées et que vous nous 
enseignez par votre Eglise, parce que vous ne 
pouvez ni vous tromper ni nous tromper. 

§ 2. DE l'espésance. 

Qu^est-ce que VEspérance^ f 

L'Espérance est une vertu surnaturelle, par 
laquelle nous attendons avec une ferme con- 
fiance la vie éternelle et les moyens q^ui la 
procurent. 



!,ii t 



1 !? 



lih iii'^ii 



!i!fy 



— so- 
rtir quoi eêt fondée notre Espércmee t 
Sur la bontd et les promesses de Dieu, et sur 
les mérites infinis de Jésus-Christ. 
Comment pèche-t-on contre V Espérance t 
Par désespoir et par présomption. 
Quels sont ceux qui pèchent par désespoir f 
Ceux qui se défient .de la bonté de Dieu, et 
ceux qui croient qu'ils ne peuvent se sauver. 
Quels sont ceux qui pèchent par présomption f 
Ceux qui comptent témérairement sur la 
bonté de Dieu ou sur leurs propres forces. 
Faites un acte d'Espérance. 
Mon Dieu, j'espère avec une ferme confiance 
que vous me donnerez, par les mérites de 
Jésus-Chnst, votre grâce en ce monde, et si 
j observe vos commandements, votre gloire dans 
l'autre, parce que vous me l'avez promis, et que 
vous êtes souverainement fidèle dans vos pro- 
messes. 

§ 3. DE LA CHABITÉ. 

Qu^ est-ce que la Charité f 

La Charité est une vertu surnaturelle par 
laquelle nous aimons Dieu pour lui-même 
par-dessus toutes choses, et le prochain comme 
nous-mêmes, pour l'amour de Dieu. 

Est-U nécessaire d'aimer Dieu ? 

Oui, il est nécessaire d'aimer Dieu : c'est le 
le premier et le plus grand de tous les com- 
mandements. 



— 51 — 

Comment pouvons-noua connaître »i noue aimonê 
Dieu? 

Nous connaissons que nous aimons Dieu, si 
nous accomplissons avec fidélité ses commande- 
ments. 

Faut-il auaai aimer le prochain f 
Oui, il faut aussi aimer le prochain. 
Quel eat notre prochain f , 

Ce sont tous les hommes, même nos enne- 
mis. 
Pourquoi devona-noua aimer noa ennemie t 
Nous devons aimer nos ennemis, 1® parce 
que Jésus-Christ nous l'ordonne et qu'il nous en 
a donné l'exemple ; 2** parce qu'il ne nous a 
promis le pardon de nos péchés qu'à cette con- 
dition. 

Qu'eatce qu* aimer noire prochain t 
C'est lui vouloir et lui faire du bien. 

Comment noua acquittona-noua de Vohligation de 
faire du bien au prochain ? 

Nous nous acquittons de l'obligation de faire 
du bien au prochain par la pratique des œuvres 
de miséricorde. 

Faitea un acte de Charité. 

Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur 
et par-dessus toutes choses, parce que vous êtes 
infiniment bon et infiniment aimable ; j'aime 
aussi mon prochain comme moi-même, pour 
l'amour de vous. 







♦l 




-52 — 

J^<-(m obligé Je/aire souvent des actes de Foi. i 
^Eêpérawe et de Charité f ^ ae fox, ^ 

On doit &ire souvent des actes de Foi. d'Es- ! 
P^rance et de Charité; on est surtout obligé ^ 
d en feire quand on est tenté contre ces vert^ ! 
quand on se dispose à recevoir les Sacrement»! - i 
et quand on est en péril de mort. ^ 

§ 4. DE LA VEETU DE BELIOION. 

Qu^e^t-ce que la vertu de religion t 

u^u^^^"^ ^^ f^^'^*'" ®8* ^^ vertu par I 
laquelle nous rendons à Dieu le culte intérieur 1 
et exténeur que nous lui devons. 

DUnt^"^ '"''**"^ ^ "*^ ?w« «otM devons à \ 

n consiste principalement à l'adorer, à le I 
remerci^ d. ses bienfaits, à lui demander ses I 
grâces et k pardon de nos péchés. 

Qu'est-ce qu'adorer Dieu f 

C'est reconnaître qu'il est notre Créateur 1 
notre souverwn Maître, et que nous dépendent i 
entièrement de lui. cpeuuons ^ 

Devons-nous adorer Notre-SeigneurJésus-Christ î i 

n«n '' ^ïî? ^^"'"'''^ ^^'^^ Jésus-Christ, puis- ^ 
qu il est Dieu. > r «^ 

^J^^^^-^ous aussi la sainte Vierge et les \ 

Non, l'adoration n'est due qu'à Dieu Nous 1 
hwK^ns seulement la sainte Viei^e et les i 



-58- 

D«von$-nùUi un égal honneur à la Saint» 
\Vxeiye et aux Saints f 

Non, nous devons plus d'honneur à la Sainte 
IViergft qu'aux Saints et qu'aux Anges mêmes, 
{parce qu'elle est la Mère de Dieu et la plus 
[parfaite de toutes les créatures. 

Pourquoi devona-nous honorer les Saints t 

Parce qu'ils sont les amis de Dieu, et nos 
[protecteurs auprès de lui. 

Quels sont les péchés contraires d la vertu de 
\ religion? 

Les péchés contraires à la vertu de religion 
[sont; l'idolûtrie, la superstition et le sacrilège. 

QiCest-ce que Pidolâtrie f 

L'idolâtrie est l'adoration que Ton rend à 
[tout autre qu'à Dieu. 

Qu^est-ce que la superstition f 

La superstition est une religion fausse ou 
[mal entendue, qui fait qu'on met sa confiance 
dans certaines paroles ou pratiques non approu- 
vées par l'Eglise. 

Qu'est-ce que le sacrilège t 

Le sacrilège est la profanation de ce qui est 
consacré à Dieu ou destiné à son culte. 



— 64 — 




Mf 



i 



m 



ilLi ' 



LEÇON III. 

DU DEUXIÈME COMMANDEMENT DE DIEU. ) 
Que fMui dé/end le ieoond eommandeinent c 

aaJ^J^V^\ commandement de Dieu non 

rnlT^oK ?.J"^' ®° ^""î 2« de blasph^ 
mer; S* de faire des imprécations ; 4® de vie 
1er nos vœux ou nos promesses faites ave 
serment. 

Qu'eetrce que jurer t 

Jurer ou faire serment, c'est prendre Dieu i 
téinom de ce qu'on assure ou de ce qu'on pro 

Qu'est-ce que jurer en vain î 

Jurer en vain, c'est faire un serment faux 
ou téméraire, ou injuste, ou inutile. 

Qu'est-ce que le blasphème f 

Le blasphème est toute parole injurieu-e à 
iJieu, aux Saints, ou à la religion. 

Qudles sont les imprécations que défend le 
second commandement de J)ieu f \ 

Ce sont les malédictions contre soi-même ^ 
contre les hommes ou contre les autres créatu- 
res. 

Qu'est-ce qu'un vœu t 



I Un vœu est «ne promesse librement faîte à 
lieu, par laquelle on s'oblige à faire quelque 
liose pour sa gloire. 

IlettdonebondeJair«de$f>œuxt 

Oui, et c'est un acte important de la vertu 
3 religion ; mais il n'en faut point faire sans 
Sflexîon et sans conseil. 

Celui qui a juré de faire une action mauwise 
ht-il obligé de tenir êon êerment t 
l Non, il commettrait un second péché en 
[accomplissant. 



LEÇON IV. 

DU TROISIÈME COMMANDEBIENT DE DIEU. 

Que nous ordonne le troieième commandement : 
Bs Dimanches tu garderas en servant Dieu 
dévotement 1 ^ 

Il nous ordonne de sanctifier le Dimanche. 
Que faut-il faire pour sanctifer le Dimanche t 
Il faut s'abstenir d'œuvres serviles et vaquer 
[au service de Dieu. 

Qu'entende»-voiM par œuvres serviles t 
j'entends certains travaux auxquels le corps 
I a plus de part que l'esprit. 

Hf est-il jamais permis le dimanche de se livrer à 
des cBUvres serviles f 



-56- 

Non, à moÎDs de i^^cessitë^ ou de taisons 
graves ; et alors il feut, s'il se peut, en deiuRkider 
la permission. 

Comment doit-on vaquer au service de Dieu t 
On doit, sous peine de péché mortel, entendre 

la messe, à moins qu'on n'en soit légitimemeut 

empêché. 

CommetU faut-il entendre lameêêet 
Il faut entendre la messe en entier, avec 
attention et dévotion. 

Que faut-il faire pour bien eanetijier le di- 
manche f 

Assister aux vêpres, aux instructions et va- 
quer aux bonnes œuvres. 

Que faut-il éviter pour bien sanctifier le di- 
manche f 

Il faut éviter le péché et tout ce qui porte au 
péché, comme les débite de boisson, les veillées, 
les danses et tout autre divertissement dan- 
gereux. 



LEÇON V. 

DU QUATRIÈME COMMANDEMENT DE DIEU. 

Que nous ordonne le quatrième Commandement 
de Dieu : Tes père et mère honoreras, afin de vivre 
longuement? 



— 67 — 

Le quatrième Commandement de Dieu nons 
ordonne d'aimer nos père et mère, de les res- 
pecter, de leur obéir et de les assister dans leurs 
besoins. 

Que i%gn\/ient ces paroles : " afin de vivre lon- 
guement " 1 

Ces paroles "afin de vivre longuement" 
signifient que Dieu récompense, souvent même 
en ce monde, l'enfant qui honore son père et sa 
mère. 

Q^^e doivent les pères et mères à leurs enfants t 
Les pères et mères doivent aimer leurs en- 
fants, les nourrir et pourvoir à leurs autres 
besoins, les instruire, les coniger et leur donner 
le bon exemple. 

JPest-on obligé cPhonorer que ses père et mère f 
On doit encore honorer ses maîtres et ses 
supérieurs. 

Qu'entendez-vous par les Supérieurs t 
J'entends tous ceux que Dieu a établis 

au-dessus de nous, comme sont, dans l'Eglise, 

le Pape, les Evêques et tous les Pasteurs; 

dans l'État, le souverain et les magistrats; 

dans la famille, les maîtres et les maîtresses. 

Quels sont les devoirs des serviteurs envers leurs 
maîtres f 

Les serviteurs doivent respecter leurs maî- 
tres et les servir avec fidélité. 



-M — 

Jli^^^*^ ^^^^ lé» matirei •ntw» Uur. 

.vif *K?*A''®* ^''*''®°* *"^»^' !«"" serviteurs 
avec bontd. payer exactement leurs gaffes et 
veiller à ce qu'il» servent Dieu fidèlement 
^^^^^^^ nos devoir» enver» Fautoriié etpÙé oti 

.yl,"^ If '''''" *°°* ^ ^ respecter eC de lui 

y c^Mf pour Us électeurs obligation de merf ' 

leurs obligation da voter. 

Cm w«< ttn éUcUur chrétien doit-il voter t 
n doit voter selon sa conscience. 

VLT^ fe* .«nmw A la rdigion et de la foi? 
Estrrl permte de vendre son vote f ^joif 

1 W^; "^'^ °® ^f ?\ P*' P^™« ni pour de 
1 argent, m pour de la boisson. 

Pour qui doit-il voter t 

Pour les plus capables, les plus dî-nes de 
P^^urer le bien spirituel et te'mpou de la 



LEÇON VI. 

DU OINQUiiiMB COMMÀNDIMIIfT DB DIEU. 

Quê défend U oinquiimi commandomerU de 
Dieu : Homicide point ne lerae de fait ni volon- 
tairement t 

Dieu nous défend par le cinquième oomman- 
dément, 1® de tuer, blesser ou frapper le pro- 
chain ; 2® de lui souhaiter la mort ou quoique 
autre mal; Z^ de l'offenser par des paroles 
injurieuses ; 4*^ de lui donner du scandale. 

Qu*9U-ce que le scandale f 

Le scandale est une parole ou une action qui 
porte le prochain à offenser Dieu. 

A quoi eet obligé eelui qui a ineulté ou frappé 
ion prochain f 

Il est obligé à réparer, autant qu'il le peut» 
l'injure et le tort qu'il lui a faits. 

Que doit faire celui qui a scandalisé son pro- 
chain f 

n doit réparer, autant qu'il est possible, 
tout le mal qu'il a causé par son scandale. 

Est-il permis de se tuer volontairement ou de se 
battre en duel ? 

Non, le suicide et le duel sont défendus. 



.JHiBfc, 



— 60 — 



LEÇON VII. 

Du VP ET DU IX» COMMANDEMENT DE DIEU. 

Qu'esta que Dieu défend -par le sixième et le 
neuvième commandement: Luxurieux point ne 
seras de corps, ni de consentement ; l'œuvre de 
chair ne désireras qu'en mariage seulement î 

Par le sixième et le neuvième commande- 
ment, Dieu défend toute impureté dans les 
pensées, les désirs, les regards, les paroles, les 
actions et tout ce qui peut y conduire. 

Qu'est-ce qui conduit le plus ordinairement à 
rxmpureté? 

C'est l'intempérance, l'oisiveté, les fréquenta- 
tions dangereuses, les manières indécentes de 
s habiller, le^ danses, les spectacles et la lecture 
des mauvais livres, trop de familiarité entre 
personnes de différent sexe et les veillées. 

Quelles sont les suites de l'impureté? 

Les suites de l'impureté sont l'oubli de 
Dieu et du salut, l'aveuglement de l'esprit et 
1 endurcissement du cœur, l'impiété et la perte 
de Ja foi. ^ 

Quels sont les principaux préservatifs et les 
principaux remèdes contre l'impureté f 

Ce sont la prière, la pensée de Dieu qui voit 
tout, le souvenir des fins dernières, la dévotion 
à la Sainte Vierge et à saint Joseph, la con- 
fession fréquente, et la fuite des occasions 
oangereuses. 



-61 — 



LEÇON VIII. 

Du VIP ET DU X* COMMANDEMENT DE DIEU. 

Que nouê défendent le septième et le diadème 
commandement de Dieu : Le bien d'autrui tu ne 
prendras ni retiendras à ton escient ; biens d'au- 
trai ne convoiteras pour les avoir injustement 1 

Ils nous défendent de faire tort au prochain 
dans ses biens et d'en avoir même le ddsir. 

En combien de manières peut-on faire tort au 
prochain dans ses biens f 

En endommageant, en prenant ou en retenant 
son bien injustement. 

Les enfants peuvent-Us s'approprier le bien de 
leurs pères et mères ? 

Non, ils ne le peuvent sans leur consente- 
ment. 

Les domestiques pèchent-Us^ quand ils prennent 
ou retiennent quelque chose du bien de leurs maî- 
tres? 

Ils pèchent d'autant plus qu'ils doivent le 
conserver ; et quand ils l'ont pris ou retenu, ils 
sont obligés à le restituer. 

Est-ce assez de se confesser du tort qu'on a fait 
au prochain et den être repentant ? 

Non; il faut encore restituer, le plus tôt 
possible, le bien qu'on a pris, ou réparer le tort 
qu'on a fait. 



■Éiii*^^ÉâiÏÉAààlÉi 



— e2— 

Cdui qui ne peut rettUuer le Umt, eet-il entière- 
ment exempt de restittUion t 

Non, il doit restituer ce qu'il peut, 

A qui/aut^ restituer t 

Il faut restituer à celui à qui l'on a fait tort, 
ou s'il est mort, à ses héritiers. 

DU HUITIÈME COMMANDEMENT DE DIEU. 

Que défend le huitième commandement de Dieu : 
Faux tëmoignnge ne diras ni mentiras aucune- 
ment! 

I^ huitième commandement de Dieu défend 
de porter faux témoignage, de mentir, et de 
nuire au prochain en son honneur ou en sa 
réputation. 

Qu'est-ce que porter faux témoignage t 
C'est déposer en justice contre h vérité. 

Ceux qui sont appelés en témoignage sont-ils 
toujours obligés de dire la vérité 1 

Oui, car ils s'y engagent par serment; et 
s ils ne la disaient pas ils seraient parjures. 

A quoi sont obligés ceux qui portent faux témoi- 
gnage f 

A réparer le tort qu'ils ont fait. 
Qu'est-ce que mentir t 

C'est parler contre sa pensée, dans le des- 
sein de tromper. 

N'est-U jamais permis de mentir f 
Non, jamais. 



— W — 

Comment nuit-on au prochain dam ion hon- 
neur? 

En lai adressant des paroles blessantes et 
injurieuses. 

Comment nuit-on à sa réputation t 

Par la calomnie, la médisance et le jugement 
téméraire. 

Qu'est-ce que calomnier t 

Calomnier, c'est attribuer à quelqu'un des 
défauts qu'il n'a point ou des fautes qu'il n'a 
pas commises. 

Qu'est-ce que médire t 

Médire, c'est découvrir à d'autres, sans > nison 
légitime, les fautes ou les défauts du pro^:iain. 

Qu'est-ce que juger témérairement f 

Juger témérairement, c'est concevoir une 
mauvaise opinion de quelqu'un, sans preuve 
suffisante. 

 quoi sont obligés ceux qtii "nt nui au pro- 
chain par injure^ par calomnie ou par médisance t 

Ils sont obligés de rétablir l'honneur et la 
réputation du prochain, autant qu'ils le peu- 
vent, et de réparer les autres torts qu'ils lui 
ont causés. 



-64- 



LEÇON IX. 

DES COMMANDEMENTS DE L'ÉGLISE. 

U Eglise a-t-eUe le pouvoir défaire des comman- 
dements ? 

Oui, l'Eglise a le pouvoir de faire des com- 
mandements qui obligent tous les chrétiens. 

Qui lui a donné ce pouvoir ? 

Dieu lui-même, en nous la donnant pour 
mère. 

Combien y a-t-il de commandements de V Eglise ? 
Il y en a sept. 

Récitez les commandements de V Eglise. ' 

1. Les Fêtes tu sactifieras 

qui te sont de commandement. 

2. Les Dimanches Messe ouïras 

et les Fêtes pareillement. 

3. Tous tes péchés confesseras 

à tout le moins une fois l'an. 

4. Ton Créateur tu recevras 

au moins à Pâques humblement. 

5. Quatre-Temps, Vigiles, jeûneras 

et le Carême entièrement 

6. Vendredi chair ne mangeras 

que si Noël est là présent. 

7. Droits et dîmes tu paieras 

à l'Eglise fidèlement. 



-65- 

Que nous ordonne le premier commandement de 
V Eglise : Les Fêtes tu sanctifieras qui te sont de 
commandement 7 

Le premier commandement de l'Eglise nous 
ordonne de sanctifier les Fêtes d'obligation, 
comme le saint jour du Dimanche. 

Pourquoi VEr/lise a-t-elle institué les Fêtes de 
Notre-Seigneur ? 

L'Eglise a institué les Fêtes de Notre-Sei- 
gneur en mémoire des mystères qu'il a accom- 
plis pour notre salut. 

Pourquoi a-t-elle institué les fêtes de la Sainte 
Vierge et des Saints ? 

Elle les a instituées, 1** pour remercier Dieu 
des grâces qu'il leur a faites ; 2^ pour nous 
engager à les prier et à imiter leurs exemples. 

Combim, y a-t-il de Fêtes dohligation ? 

Il y a dans ce diocèse cinq Fêtes d'obliga- 
tion: 

1. La Circoncision de N.-S., l*' janvier. 

2. L'Epiphanie ou Fête des Rois, 6 janvier. 

3. L'Assomption de la Sainte Vierge, 15 août. 

4. La Toussaint, V novembre. 

5. Noël, 25 décembre. 

Que nous ordonne le second commandement de 
r Eglise : Les Dimanches Messe ouïras et les^ Fêtes 
pareillement ? 

Le second commandement de l'Eglise nous 
ordonne d'entendre la Messe dévotement les 
Dimanches et les Fêtes d'obligation. 



ir^ 



8u^t-U et entendre la MeȐe pour bien sanetijtet 
Uê Dimomehei et le» Fiteê ^obligation t 

Non, il ne suffit pas d'entendre la Messe ; ce 
sont des jours consacrés au Seigneur, ils doivent 
lui être consacrés entièrement. 

Que faut-il faire pour les bien sanctifier f 

Il faut assister aux Vêpres, aux instructions, 
s'occuper de bonnes œuvres et de bonnes lec- 
tures. 

Que faut-il iurtout éviter les Dimanches et Fêtes 
cFobligation t 

Il faut surtout éviter le péché, toute occasion 
de péché, comme les débits de boisson, les veil- 
lées, les danses et tout divertissement dange- 
reux. 

Que nous ordonne le troisième commandement 
de l'Eglise : Tous tes péchés confesseras à tout le 
moins une fois Tan 1 

Le troisième commandement de l'Eglise nous 
ordonne de confesser nos péchés, au moins une 
fois par an, avec les dispositions nécessaires. 

A quel âge commence-t-on à être obligé de se 
confesser t 

Dès qu'on est capable d'offenser Dieu, c'est- 
à-dire vers l'âge de sept ans. 

Que nous ordonne le quatrième commandement 
de l' Eglise : Ton Créateur tu recevras au moins à 
Pâques humblmnent f 

Le quatrième commandement de l'Eglise 
ordonne à tous les fidèles qui sont parvenus à 



-«y— 

l'âge de discrétion, de oommunier dignement, 
au moina une fois l'an. 

Oà doù-on/aire eeUe Communion paacale f 

Dans l'église de sa paroisse. 

Que noua ordonne le cinquième commandement 
(h VEgliee : Quatro-Tempsi Vigiles, jeûneras et le 
Carême entièrement) 

Le cinquième commandement de l'Eglise 
nous ordonne de jeûner tout le Carême, les 
Quatre-Temps et les Vigiles qui sont d'obli- 
gation. 

Quslê sont ceux qui sont obligés déjeuner f 
Tous ceux qui ont 21 ans accomplis, s'ils 

n'en sont dispensés par quelque empêchement 

légitime. 

En quoi consifte le jeûne q-ue VEglise nous 
ordonne f 

A s'abstenir d'aliments gras et à ne faire 
qn'un repas, auquel on peut ajouter une l(5gèi'« 
collation. 

Que nous t rdonne le sixième commandement de 
VEglise : Vendredi chair ne mangeras î 

Il nous oblige à nous abstenir de viande ton 3 
les vendredis. 

A quoi nous oblige le septième commandement de 
VEglise: Droits et dîmes tu paieras à l'Eglise 
fidèlement 1 

Il oblige les fidèles k payer les dîmes, offran- 
des et autres droits autorisés pour les frais du 
culte divin et pour l'entretien des pasteurs. 



— 68 — 

Lêê eommandementê de VEgl%99 obîigenl-Uê ê<mê 
peine de péché mwtd t , 

Oui, ils obligent sous peine de pëchë mortel, 
et c'est ce qui doit faire trembler un grand 
nombre de chrétiens qui les observent mal 



LEÇON X. 

DU PÉCHÉ. 

Qu^ett-ce que le péché t 

Le péché est une désobéissance à la bi de 
Dieu. 

Combien y a-i-U de sortes de péchés t 

Il y a deux sortes de péchés : le péché origi- 
nel et le péché actuel. 

Qu'est-ce que le péché originel t 

Le péché originel est celui que nous appor- 
tons en venant au monde, et dont notre premier 
père Adam nous a rendus coupables par sa 
désobéissance. 

Qu'est-ce que le péché actuel t 

Le péché actuel est celui que nous commet- 
tons nous-mêmes, quand nous avons Tusage de 
raison. 

Fn con^ien de manières commet-on le péché 



-69- 

On commet le pëchë actuel en quatre maniè- 
res: par pensées, par paroles, par actions et par 
omission. 

Y Ort-U, pluêieun êortes de péchés aotud* t 
Il y a deux aortes de péchés actuels : le 
péché mortel et le péché véniel 

Qu'eêUce que le péché martel f 

Le péché mortel est une désobéissance à 
Dieu pleinement volontaire, et en chose impor- 
tante. ^ 

Pourquoi Pappelle-t on péché mortel î 

Parce qu'il donne la mort à l'âme, en lui 

ôtant la grâce sanctifiante, et qu'il nous fait 

mériter l'enfer. 

Combien faut-il avoir commis de péchés mortels 
pour être damné ? 

Pour être damné, il suffit de mourir coupable 
d'un seul péché mortel. 

Qu'est-ce que le péché véniel f 

Le péché véniel est une désobéissance à 
Dieu en chose peu importante, ou même en 
chose importante, si le consentement est 
imparfait. 

Quels sont les efets du péché véniel f 
Le péché véniel refroidit en nous l'amour de 
Dieu, nous prive de beaucoup de grâces, nous 
dispose au péché mortel et nous rend dignes 
des peines du purgatoire. 



•i^MWMteMMiail^ 



-TD- 



LEÇX)N XI. 

on YICES ou FÉCHÊS GAP.TÀUZ. 

< Qu*êU^ qu'un péehd eeqntal f 

Uo pëohë capital eat celui qui est la source 
de plusieurs autres. 

Com^iet» y th^il d» péehéê capitaux t 

Il y en a sept t l'orgueil, l'avarice, la luxnro, 
Tenv^, la gourmandise, la colère et la {MtfesSe. 

Qu'esl-ee quê Torffueil f 

L'orgueil est une estime déréglée de soi- 
môme, qui fait qu'on se préfère aux autres et 
qu'on veut s'élever au-dessus d'eux. 

Qu'est^e que l'avarice t 

L'avarice est un amour déréglé des biens de 
la terre et principalenieut de l'argent. 

QiCest^e que la luxure t 

La luxure est un amour criminel des plaisirs 
contraires à la chasteté cbrétieune. 

Qu'est-ce que l'envie f 

L'envie est la douleur volontaire que nous 
ressentons du bien du prochain, ou la joie cou« 
pable du mal qui lui arrive. 

Qu'est-ce que la gourmandise f 

La gourmandise est un amour déréglé du 
boire et du manger. 



Quelle «fi la gournumdiêê la plus dangereuêt f 

C'est l'ivrognerie, parce qu'elle abrutit la 
raison, qu'elle ruine les familles, et qu'elle est 
une source de querelles, d'impuretés et de 
beaucoup d'autres maux. 

Qu'est-cê qu9 la colère t 

La colère est un mouvement déréglé qui 
nous porte à repct «r avec violence ce qui 
nous déplatt. 

Qu'est-ee qtu la pareêê« f 

-La parasse est une lâcheté et un dégoût qui 
font que nous négli^'oons nos devoirs plutôt 
que de nous faire violence. 

Quels sont les remèdes contre toute» êortee de 
péchés f 

Ce sont: le souvenir des fins dernières, la 
priera, la vigilance, la fréquentation des Sacre- 
ments, et la pratique des vertus contraires aux 
vices dont on veut se corriger. 

Qtielles sont les vertus opposées aux péchés capi- 
taux f 

L'humilité est opposée à l'orgueil ; la libéra- 
lité à l'avarice ; la chasteté à la luxura ; la 
charité à l'envie ; la tempérance à la gour- 
mandise ; la douceur à la colère ; la dévotion 
et l'amour du travail à la paresse. 






^^lL^Mm 



■,.:^^.^'^.^A ^ 



-'- - ■■ -^"^ '-'J 



— n— 



TROISIÈME PARTIE. 

0K8 MOYENS QUE DIEU A ETABLIS POUK MOTO 

8AMCTIFIKB. 



LEÇON t. 

DE LA GRACE. 

Pùuvonê-nouê, par nos propres foreei, ohservêr Uê 
commandemerUê «t obtenir la v-f- (éternelle ? 

Non, nous ne le pouvons qu'avec la grâce de 
Dieu. 

Qu'Mt-cê que la grâce t 

La grâce est un don surnaturel que Dieu 
noufi fait, par sa pure bonté, en vue des mérites 
de Jésus-Christ, pour nous aider à opérer notre 
salut. 

Y a4-il pluêieurâ êortei de grâeeê f 

Il y a deux sortes de grâces : la grâce hàbû 
ttuelle ou sanctifiante et la grâce actudU. 

Qu'eât-ce que la grâce êanciifiante f 

La grâce sanctifiante est une grâce qui 
demeure en nous et qui nous rend saints et 
justes aux yeux de Dieu. 



-78 — 

La ffrdet $nnetifiant« «st^flê bien néètnnaire t 
Oui, car sans elle on ne peut être agrëitbiu à 

Dieu, m rien faire qui mérite le del 
Comwttnt penUon la grâm êanctifiante t 
On perd la grâce sanctifiante par le péclië 

morteL 

Qu'eât-ee quê la grâce actuelle t 

La grâce actuelle est un secou 3 du moment, 

par lequel Diou éclaire» notre esprit et touche 

notre cœur pour nous exciter et ous aider à 

fiûre le bier et éviter le mal. 

La grâce oetHelle est-elfe néeeeeaire î 

Oui. la gi-âce actuelle est nticessaire aux 

justes pour persévérer et aux pécheurs pour ue 

convertir. 

Comment rend-on inutile la grâce actuelle t 
On la rend inutile en y résistaut. 

Dieu accorde-t-il la grâce actuelle à tous lea 
uommeê î 

Oui, Dieu accorde la grâce actuelle à tous 
!;'s '('înmes, mêma aux plus grands pécheurs, 
I iv. qu'il veut que tous soient sauvés. 

'u iv^h moyen» Dieu nous donne-t-U ordinai- 
■ nnni la grâce? 

Par le moyen de la prière et des sacrements. 



■É^^iÉ^ 



— 74- 



LEÇON II. 

DB LA PBIÈBl. 

Qu*e9t-ee que la Prière t 

La Prière est une élévation de notre âme 
vers Dieu pour lui rendre nos hommages, lui 
exposer nos besoins et lui demander ses grâces. 

La Prière eatrelle nécessaire au salut t 

Oui, sans elle ceux qui ont l'usage de raison 
ne peuvent se sauver. 

Comment /aut-U prier t 

Nous devons prier avec attention, humilité, 
confiance et persévérance. 

Au nom de qui devons-nous prier t 

Au nom de Jésus-Christ, par qui schil nous 
pouvons mériter d'être exaucés. 

Faut-U prier souvent t 

Jésus-Christ nous recommande de prier tou- 
jours; il faut prier particulièrement le matin 
et le soir, quand on approche des sacrements et 
dans les circonstances difficiles ou importantes 
de la vie. 

Que devons-nous demander à Dieu t 

Nous devons demander les choses qui inté- 
ressent sa gloire, notre salut^ celui du prochain 
et les nécessités de la vie. 



-75- 

^«2^0 est la plut exedltnte dé UnUes leê prièreê f 

1a plus excellente de toutes les prières, est 

le PateTf ou l'Oraison Dominicale, appelée ainsi 

parce que c'est Notre-Seigneur lui-même qui 

Ta composée. 

Béekez rOraiêon DaminicaU, 

Notre Père, qui êtes aux deux, que votre 
nom soit sanctifie, que votre règne arrive, que 
vou-e volonté soit faite sur la terre comme au 
ciel : donnez-nous aujourd'hui notre pain quo- 
tidien : et pardonnez-nous nos offenses comme 
nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; 
et ne nous laissez pas succomber à la tentation, 
mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il. 

Quelle est, après Voraisan dominicale, la prière 
que nous devons réciter avec le plus de confiance t 

La prière que nous devons réciter avec le 
plus de confiance, après l'Oraison dominicale, est 
l'Ave Maria, ou la Salutation Angélique, 
parce qu'elle commence par les prières que 
î'arcliange Gabriel adi-essa à la Sainte Vierge. 

Récitez la Salutation Angéliqtie. 

Je vous suiue, Marie, pleine de grâce; le 
Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre 
toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos 
entrailles, est béni. 

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, 
pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de 
notre mort. Ainsi soit-il. 



— 7e — 



LEÇON m. 

DES 8A0BEMENTS EN GÉNÊHAL. 

Qu*ett-ee qu'un Sacrement f 

Un Sacrement est un signe sensible de la 
grâce, institué par Notre-Seigneur Jésus-CLrist 
pour nous sanctifier. 

Combien y ort^l de SaoremmU t 

Il y a sept Sacrements : le Baptême, la Con- 
firmation, l'Eucharistie, la Pénitence, l'Extrême- 
Onction, l'Ordre et le Mariage. 

De queOe manière le$ SoeremenU nous sancti- 
fient-ilêf 

De deux manières : les uns nous donnent la 
grâce sanctifiante, et les autres l'augmentent. 

Quele êont les Sacrements qui nous donnent la 
grâce sanctifiait f 

Le Baptême et la Pénitence, qu'on appelle 
Sacrements des morts. 

Pourquoi les appeUe-t-on Sacrements des morts f 
Parce qu'ils sont institués pour ceux qui 
sont morts à la grâce par le péché. 

Quejs sont Us Sacrements qui augmentent en 
nous la grâce f 

La Confirmatbn, riucharistie, l'Extrême- 
Onction, l'Ordre et le Mariage, qu'on appelle 
Saitfementi dm ylvanta. 






' "■ 'M.-ti*^. w n u ii B Qii^ 



— 77- 

Paurqitùi lei appdU-t-on SaeremêtUê des vivofUê t 
Parce qu'il fout être en état de grâce pour 
les recevoir. 

Comment eêt-eé quê le$ Sacrements donnent ou 
augmentent la grâce t 

En nous appliquant les mérites de Jésus- 
Christ. 

Touê eeuoD qui reçoivent le» SaeremêtUê reçoivent- 
ils la grâce f 

Non, ceux qui n'ont pas les dispositions 
nécessaires ne reçoivent pas la gi-âce du Sacre- 
ment. 

Est-^e un grand péché qtte de recevoir les SacrS' 
ments sans les di^aiositions nécessaires t 

Oui, c'est un grand péché et un sacrilège. 

T a4rU des Sacrements qu'on ne peut recevoir 
qu'une fois t 

Il y a trois Sacrements qu'on ne peut recevoir 
qu'une fois : le Baptême, la Confirmation et 
l'Ordre. 

Pourquoi ne peut-on les recevoir qu'une fois t 

Paroe qu'ils impriment dans Tàme on carac- 
tèie ioefiTai^abie. 



-78- 



LEÇON IV. 

DU BAPTÊME. 

Quel est le pltu néeeêeaire de Urne les Seterements f 

C'est le Baptême, parce que persoune ne 
peut être sauve sans lui. 

Qu'eêt-ce que le Baptême t 

Le Baptême est un Sacrement qui efface le 
péché originel et qui nous fait chrétiens, en- 
fants de Dieu et de l'Eglise. 

Le Baptême efface-t-U avsn tout les péchéê 
actuels f 

Oui, le Baptême efface tous les péchés 
qu'on aurait commis avant de le recevoir et 
remet toutes les peines dues à ces péchés. 

Le Baptême peut-il être suppléé quand on ne 
peut le recevoir f 

Oui, le Baptême peut être suppléé par le 
martyre, ou par un parfait amour de Dieu avec 
le désir d'être baptisé. 

A qui appartient-il de donner le Baptême t 

Aux Evêques et aux Prêtres ; mais dans le 
cas de nécessité, toute personne peut baptiser. 

Que /aut-U /aire pour baptiser f 

H faut verser de l'eau naturelle sur la tête 
de (^ui qu'on baptise, et dire, en la versant : 



-79- 



** Je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du 
Saint-Esprit." 

Que doit twiout obterver la penorme qui bap- 

Elle doit, en versant l'eau, prononcer elle- 
même les paroles, et avoir soin que l'eau touche 
celui qui est baptisé. 

A quoi nous oblige le Sacrement de Baptême t 
A croire en Jésus-Christ, à obéir à sa loi, à 
renoncer au démon, à ses pompes et à ses œu- 
vres. • 

Qu'entendez-voue par le» pompes du démon t 
J'entends les vanités et les plaisirs dange- 
reux du monde. 

Qu'entendez-vou» par hê œuvres du démon t 
J'entends les maximes corrompues du monde 
et toutes sortes de péchés. 

A quoi sont obligés les parrains et les marraines t 
Ils sont obligés, à défaut des pères et mères, 
de veiller à ce que ceux qu'ils ont tenus sur 
les fonts du baptême, soient instruits des véri- 
tés de la religion et remplissent leurs devoirs 
de chrétiens. 



' ■ 


r\i 


u 


■ 


il 




'^P 




^m 


' '"f 



-80 — 



LEÇON V. 

Dl LÀ OOHfntMAnOH. 

Qu^ut-cê que la Comjwrmaiùm f 

La (Jonfirmation est un Sacrement qui nous 
donne le Saint-Esprit et nous rend parfaits 
chrétiens. 

ye reeworu-noui pa$ le Saint-Eeprit dam le 
haptèmet , 

Oui, mais dans la Confirmation nous le rece- 
vons avec une plus grande abondance de 



CommerU la Confirmation noiu rmeMle par- 
faite ehrétieru t 

En nous donnant la force de confesser la foi 
de Jésus-Christ que nous avons reçue au bao- 
tême. *^ 

Quel e$t le minietre du Sacrement <le Confirma- 
donf 

C'est rÉvêque. 

Pourquoi FJSvêque ûnpoae-t^ les mainê eureeueo 
qu'il confirme? 

Pour montrer que le Saint-Esprit vient 
reposer dans l'âme de ceux qui reçoivent ce 
Sacrement avec de saintes dispositions. 

Pourquoi l £véque fait-il le signe de la croix sur 
le front avec le Saint Chrême t 



faire connsttre qn*!! ne fa»|, 
de eoBlesser JéMM-Christ 



CTest pour 
point avoir 
oracifië. 

Qu'êêt^ que U Saint €%$€mmf 

I^Saint Chrême est de Hwale «Tolive, mél^ 
Saint ^** ^^ l'Evéque eonaaere le Jeudi 

J^^^n^jf^"^ *fon»^<^ «, ^jht à celui 

Pour lai apppendBB qu'il doit étie pi^ à 
Boufifar toutes sortes d'affronto et de peines 
pour 1 amour de Jé8i»<^hrist. 

Quelle* sont le$ ditpmipi»^ minwmn\ ,j «mm- 
(n«n reoevmr la ConJirnmUim? ^^ 

Dfautêtreenàiatdegiâee etsBffisa«mei^ 

instruit. ^— iiithik 

-^^tV nifeMMtre cfe reew^r le Smermmmt de 
i^onjirmation pour être sauvé? 

Non, mais on pécherait si Ton manquait à le 
recevoir p» mépris ou par négU^aioe. 



LEÇON VI. 

DU SACREMENT DE L'EUCHARIBTm 

Quel est le plus grand et le plus 
Sacrements ? 

C'est l'Eucharistie, 



^iMkÉwâ 



Pourquoi f 

FUoe ^u'il oontieiit Kotre-Seignour Jésus- 
Ohrist qm est l'auteiir de tontes les grâœs. 

Qu*ui^ quê VEuekarittiê t 

L'£acharistie est un Sacrement qui oontieiit 
lëellemeot et en vëritë le oorps, le sang, l'âme 
et la divinité de Notre-Seignenr Jésns-Clirist, 
sous les espèces ou apparences du pain et àm 
vin. 

Qu'êniêndea-voui par Uê êêpèeeg ou opparvmcm 
du pain ^ du vin t 

J'entends ce qui tombe seras nos sens, comme 
la fonne, la couleur et le goût. 

Quand Nôtre-Seigneur Jémts-Chriêi «4^ tu*. 
titué le Sacrement de VEtichari^ié f 

Le Jeudi Saint, la veille de sa mort. 

Pourquoi a4M institué ce Sacrement t 

H a l'institué pour servir de nourriture à nos 
ftmes, demeurer avec nous et recevoir nos 
adorations. 

A quel moment Notro-Seigneur eommenee-trii 
dHre eur Vautel f 

Quand le Prêtre a prononcé les paroles de la 
consécration. 

Reste4^ encore du pain et du vin, après que le 
Prêtre a prononcé les paroles de la consécration f 

Non, ils sont changés au Corps et au Sang 
de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et il ne reste 
que les espèces ou apparences. 



C<mm»rU t^pêUé-l.on eê ehangmmêf 

On l'appela TnuusnbitMitiatioii, « qui 

veut dire ohaogement de snbetanoe. 
Jétuê-Cfmêi «HM Umi entier «mm ehaeunê du 

dÊUxtêpèeut 

Oui, Jésus-Christ est tout entier sons l'es- 
pèce du pain et tout entier sous l'espèce du vin. 
Quand reçoit-on h Saerement de VSueharigti» t 
On le reçoit quand oïi fait la sainte Commu- 
nion. 

Que reeevez-vouê donc quand voue communiez f 
Je reçois le Corps, le Sang, l'Ame et la Divi- 
nité de N.-S. J.-C, sous les apparences du 
pam. 

Si Von ne voue donnait qu*une partie de FKoetie, 
reeevrtez-voue encore JAue-Chriet tout entier f 

Oui, car Jésus-Christ est tout entier dans 
toute l'hostie, et tout entier dans chaque partie 
de "hostie. 

Qud» 9ont le* effeU que produU en noue la 
êatnee Communion t 

Elle nous unit à Jésus-Christ, elle soutient 
®L*u?™®°*® ®^ °ou8 la vie de la grâce, elle 
affaibht nos passions et nous est un gage de la 
résurrection glorieuse et de la vie étemelle, 
^n quel tempe est-on obligé de communier f 
Nous sommes rigoureusement obligés de 
communier à Pâques et quand on est en dan- 
ger de mort; mais il est très utile de le faire 
souvent, pourvu .^u'on U fesse avec de bonnes 
dispositions. 



^4 



^1 

*• I 



— M — 



LEÇON VU. 

DIS DISP0SITI0K8 A LA OOMMVNIOV. 

QutUeêiorU Uê dûpotUions requiêu ptmr Mm 
communier t 

Il y a deux sortes de dispositions pour bien 
communier, les unes regardent le corps et les 
autres Tâme. 

QuelUi iont lu diêpoiUiom qui regardent U 
corpet 

^ Is» dispositions qui regardent le corps sont 
d'être à jeun, et de s'approcher de la sainte 
table avec un extérieur modeste et recueilli. 

Quelleê ëont lee diepoeitione qui regardera 
Fénuf 

Im dispositions qui regardent l'âme sont: 
1® d'être instruit des vérités de la religion et 
jwincipalement de ce qui concerne l'Eucharis- 
tie ; 2® d'être exempt de tout péché mortel • 
3® d'être pénétré d'une véritable dévotion. * 

JSn quoi eoneiete la véritable dévotion requise 
p&ur bien communier f 

Elle consiste dans de vifs sentiments de foi, 
d'humilité, de contrition, d'espérance, d'amour 
et de désir de recevoir Jésus-Christ. 

Doitron faire des actes de totUes ces vertus avant 
ia eomsnunion t 



Oui, on doit en fiûie toutei Ias fuit qae Ton 
communie. 

Celui qui eontmuniê «n ikU d« péché motid 
rtfoU-i/ Jéiuê-Chnst t 

Oui, il reçoit Jéius-Christ, mais en le rece- 
vant il boit et mange sa propre condamnation. 

J!rt-M un grand mal de communier §néUU dé 
péehé tmorttl t 
Oui, c'est un horrible sacrilège. 
A quoi tfexpoient ceux qui oommunimt indigné- 

Ils s'xposent à tmnberdans l'endurcissement 
du cœur et à mourir comme Judas dans le 



Qu'eue quê la eomm$»nion tiidt f 

Cest celle qui se fait légèrement, avec atta- 
che au péché véniel et sans un vrai déair de se 
corriger. 

J>evon9-nouê craindre de communier otnn t 
Oui, parce que c'est un mal de recevoir sans 
dévotion l'auteur de toute sainteté et que la 
communion tiède nous prive de beaucoup de 
grâces. 

Que/aut-il^aire aprie la communion t 

Il faut demeurer quelque temps dans l'église 

pour adorer Dieu, le remercier, se donner à lui 

et lui demander ses grâces. 



MICROCOPY RESOLUTION TEST CHART 

(ANSI and ISO TEST CHART No. 2) 



1.0 



l.l 



Im 


■ 23 


IÂb 


*■" 


1» 


112 


Ui 

a 


msA 




Ëmm 


U 




U u 





Uà 

1 2.0 
Il 1.8 



1.25 



1.4 



1.6 



A xHPPLIED IM/IBE I 



ne 



1653 Eost Main Street 

Rochester, New York 14609 USA 

(716) 482 - 0300 - Phone 

(716) 288-5989 -Fax 



— 88 — 



LEÇON VIII. 

DU SAC5RIFICE DE L'eUCHARJÇTIE OU DE TA 
SAINTE MESSE. 

Notre-Seigneur n'a-t-U institué l'eucharistie 
que pour servir de nourriture à nos âmes, demeu- 
rer avec nous et recevoir nos adorations ? 

Il l'a encore instituée pour s'ofifrir en sacri- 
fice à son Père. 

Comment s'appelle ce sacrijicef 
La sainte Messe. 

Qu'est-ce que la If esse t 
^ La Messe est le sacrifice dans lequel J -C 
s'offre pour nous à Dieu son Père parle minis- 
tère des Prêtres. 

Pourquoi I^otre-Seigneur a-t-U institué le saint 
sacrifice de la Messe ? 

Pour représenter et continuer le sacrifice de 
la Croix, et nous en appliquer les mérites. 

Comment le sacrifice de la Messe représente-t-il le 
sacrifice de la Croix ? 

^ Parce que l'hostie et le calice séparés sur 
1 autel représentent le Corps et le Sang de 
Notre-Seigneur séparés sur la Croix. 

Comment le sacrifice de la Messe continue-t-U le 
sacrifice de la Croix t 



— 87 — 

Parce que c'est toujours le même Prêtre et 
la même Victime que sur la Croix. 

ITy ft-t-U aucune différence entre le aeterifice de 
la Messe et celui de la Croix f 

Jésus-Christ s'est offert sur la Croix en 
répandant son sang et mourant pour nous ; au 
lieu que sur nos autels il ne meurt plus ; mais 
il offre la mort qu'il a soufferte et le sang qu'il 
a répandu. 

Pour quelles firts offre-t-on le sacrifice de la 3fesse f 
On l'offre : 1® pour rendre à Dieu l'honneur 
qui lui est dû ; 2** pour lui demander pardon 
de nos péchés; 3° pour le remercier de ses 
bienfaits ; 4° pour obtenir les grâces dont nous 
avons besoin. 

Pour qui offre-t-on le sacrifice de la Messe t 
On offre le sacrifice de la Messe pour les 
vivants et pour les âmes du purgatoire. 

Dans quels sentiments devons-nous assister à la 
sainte Messe? 

Nous devons nous unir aux intentions do 
notre divin Sauveur et nous exciter aux senti- 
ments que la vue de sa Passion et de sa mort 
nous eût inspirés. 



L«â&jki» - 



— 88 — 



LEÇON IX. 

DU SACREMENT DE PÉNITENCE. 

Qu'esta que le Sacrement de Pénitence î 
La Pénitence est un Sacrement qui remet 
les péchés commis après le Baptême. 

Quand Jésus-ChrUt o^ inetUui le Sacrement 
de Pénitence f 

Il l'a institué quand il a dit à ses Apôtres : 

Recevez le Saint-Espilt; les péchés seront 

remis à ceux à qui vous les remettrez, et ils 

seront retenus à ceux à qui vo-js les retien- 

drez." 

Le Sacrement de Pénitence ett^ nécessaire pour 
être sauvé f '^ 

Oui, il est nécessaire à tous ceux qui ont 
perdu l'innocence du Baptême par un péché 
mortel '^ 

Les pécheurs qui ne peuvent le recevoir n'onUUs 
donc aucun moyen de se réconcilier avec Dieu f 

Les pécheurs qui sont dans l'impossibilité de 
recevoir le Sacrement de Pénitence peuvent 
obtenir le pardon de leurs péchés par la Contri- 
tion parfaite jointe au désir du Sacrement. 

Qui a le pouvoir (Padministrer ce Sacrement f 

Les Evêques, et les Prêtres qu'ils ont approu- 
vés à cet eflfet. ^ 



— 89 — 

Reçùit-on le Sacrement de Péniteiuse touteê les 
fois qu'on se confesse f 

Non, on ne le reçoit que lor&que le Prêtre 
donne l'absolution. 

Qu'est-^e que V absolution f 

C'est la sentence par laquelle le confesseur 
remet les péché au pénitent bien disposé. 

Combien de choses sont nécessaires pour bien 
recevoir le Sacrement de Pénitence ? 

Il y en a trois : la contrition, la confession et 
la satisfaction, qu'on appelle les parties du 
Sacrement Je Féuitence. 



LEÇON X. 

DE LA CONTRITION. 

Qu'est-ce que la Contrition ? 

La Contrition est une douleur surnaturelle 
d'avoir offensé Dieu, avec un ferme propos de 
ne plus pécl>er à l'avenir. 

Quelles se .es marques d'un ferme propos t 

C'est de changer de vie, d'éviter l'occasion 
prochaine du péché et de travailler à détruire 
ses mauvaises habitudes. 

La Contrition est-elle bien nécessaire t 



.--'■ ji**iî».*. ---^' 



— 90- 

n«?"^ ^ ContriUon est teUement nécessaire 
que sans elle, on ne peut jamais recevoir le 
pardon de ses péchés. 

Combien y a-t-il de sortes de Contritions t 

««« ^ %•!'"'' ^^^ ^^ Contritioas : la Contri- 

^ ^'«»<-c« que la Contrition parfaite f 

nffifof î?*"*'°'' ^"^^^ ««* ^» '^««leur d'avoir 
offensé Dieu, parce qu'il est infiniment bon et 
amiable, et que le péché lui déplaît. 
Quel est V effet de la Contrition parfaite f 
La Contntion parfaite jointe au désir du 

f^c Dfeu. ^ ''' ^" «^«■™^«^«' le pécheur 

Attft^:t ^ "^ ^^'"''^ *'«^^/«*'* -* 
r.J^ f <^°*P<^ion imparfaite est la douleur d'avoir 
offensé Dieu, causée communément par la 

de Ser!" ^'^^ '^ ^'' ^ "^^'""^ ^^^ P«^»«' 

/* ^cheTr'i^"^ ''^^'''^''^ ^^^^^ P^r justifier 
Non, mais eUe le dispose à être justifié par 
^e Sacrement de Pénitence, pourvu qu'elle r^ 
ferme la haine du péché, l'espémnce du^ i^n 
et un commencement d'amour de Dieu. 

U^LY"^'^' ^""^ """^^ ^^ con^rtiion pour 



^91 — 

Toute contritioii, pour être bonne, doit ^tre 
surnaturel!^ intérieure, universelle et souve- 
raine. 

Qu'entendez-votu par une eorUrition sumatu- 
rellet 

J'entends une contrition excitée en nous par 
le Saint-Esprit, et par les motifs que la foi 
nous fournit. 

Qu'entendez-voua par une contrition intérieure t 
J'entends une contrition qui est dans le 

cœur, et non pas un acte du bout des lèvres. 
Qu'entendez-voua par une contrition universelle f 
J'entends une contrition qui s'étend à tci;s 

les péchés, au moins mortels. 

Qu'entendez-vous lorsque vous dites que la con- 
trition doit être souveraine ? 

J'entends qu'il faut être plus fâché d'avoir 
ofTensé Dieu, que de tous les maux qui pour- 
raient nous arriver. 

Quel est le moyen d'avoir une bonne contrition f 

Le moyen d'avoir une bonne contrition, c'est 
de la demander à Dieu par Jésus-Christ, et de 
réfléchir sur les motifs les plus propres à l'exci- 
ter en nous. 

Qttds sont ces motifs t 

La bonté d'un Dieu offensé, les souffmuces 
de Jésus-Christ, uu enfer mérité, un pai-adis 
perdu. 

Faites un acte de Contrition f 



^^ki^Àil^ -•"■- 



Mon Dieu, j'ai un très grand regret de vous 
avoir offensé, parce que vous êtes infiniment 
bon, infiniment aimable, et que le péché vous 
déplaît , je prends la ferme résolution, moyen- 
nant votre sainte grâce, de ne plus vous 
offenser, et de faire pénitence. 



LEÇON XI. 



DE LA CONFESSION. 

Qu'est-ce que la con/easùm f 

La confession est une accusation de tous ses 
péchés, faite à un Prêtre approuvé, pour en 
recevoir l'absolution. 

Qui a institué la confession t 

C'est Jésus-Christ qui l'a instituée, quand il 
a donné à ses apôtres le pouvoir de remettre ou 
de retenir les péchés. 

Quelles sont les qualités d'une bonne confession f 
La confession doit être humble, sincère, pru- 
dente et surtout entière. 

Qu'est-ce qu'une confession humble f 
Une confession humble est celle qui est 
accompagnée d'une grande confusion d'avoir 
offensé Pieu, 



1 



Qu*ut-eê qu'une eon/eêsùm iineère f 

Y"»® confession sincère est celle où l'on 

déclare ses péchés, sans les exagérer ni les 

excuser. 

Qu'est^e qu*un« eonfesêion prudente t 

J entends qu'il ne faut pas découvrir les 

fautes des autres sans nécessité. 

Qu'est ee qu'une eot^fesaùm entière f 
^ Une confession entière est celle où Ion 

s accuse de tons les péchés, au moins mortels, 

dont on se connut t coupable. 

NefautrUpoê dire combien de foie on a commis 
le même péché f 

Oui, parce que chaque fois qu'on y est re- 
tombé, on a commis un nouveau péché. 

Faui-il dire aussi les circonstances du péché f 

Oui, si elles changent l'espèce du péché ou si 
elles en augmentent considérablement la malice. 

Celui qui cacherait volontairement un seul péché 
mortel, ferait y ^onne confession t 

Non, ilfei j confession nulle et sacri- 

lège. 

A quoi seratt-u obligé t 

Il serait obligé à recommencer sa confession 
et à avouer son sacrilège. 

Comment peut-on avoir une connaissance exacte 
de tous ses péchés f 

On peut avoir une connaissance exacte de 
tous ses péchés par le moyen d'un examen 
séneux. 



— w — 

FauPU examiner m comcUneê avant la eonfe». 
*%onf ^ 

Oui, il faut examiner sa conscience avant la 
confession ; car si l'on oubliait d'y déclarer un 
seul péché mortel, faute de s'être bien examiné, 
la confession ne serait pas suffisante. 

Sur quoi/aut-U ê'examiner t 

Il faut s'examiner sur les commandements 
de Dieu et de l'Eglise, sur les péchés capitaux, 
sur les mauvaises habitudes qu'on peut avoir et 
sur les obligations de son état. 

Avec quel ioin/atU-il s'examiner t 

11 faut s'examiner avec le soin que demande 
une affaire importante. 

Qud est le moyen de ee rendre facile Vexamen de 
conscienee t 

Le moyen de se rendre facile l'examen de 
conscience, c'est de le faire exactement tous les 
soirs. 

Que faut-il faire lorêqu'on est arrivé au confes- 
sionnal f 

Lorsqu'on est arrivé au confessionnal il faut 
se mettre à genoux, faire le signe de la croix, 
et dire: "Mon Père, bénissez-moi, parce que 
j'ai péché." ^ 

Qtiefaut-U dire ensuite 9 

Il faut réciter : " Je confesse à Dieu " jusqu'à 
'par ma favie. Puis, dire combien il y a de 
temps qu'on ne s'est confessé ; si on a reçu l'ab- 
solution; si on a fait sa pénitence; s'accuser 



ensuite de tous ses pëchës, simplement, sans y 
mêler de choses inutiles; et enfin, répondre 
avec sincérité aux questions dt confesseur. 

Que faut-il faire après »*Hre aonteé, lorêqu'on 
ë'egt préparé à recevoir Vahtolution t 

Il faut dire : " Je m'accuse de tous ces péchés, 
et de tous ceux dont je ne me souviens pas ; 
j't^n demande pardon à Dieu, et à vous, mon 
Père, pénitence, et absolution si vous m'en jugez 
digne. " 

Que faut-il faire enêuitê f 

Achever le " confesse à Dieu ", écouter les 
avis de son confesseur, et se soumettre à son 
jugement, soit qu'il donne ou qu'il refuse l'ab- 
solution. 

Que faut-il faire lorsqu^m a reçu Vahêoluiion t 
il faut remercier Dieu de nous avoir pardonné 

nos péchés, et lui demander la grâce de n y plus 

retomber. 



LEÇON XII. 

DE LA SATISFACTION ET DES INDULGENCES, 

Qu^est-ce que la Salvtfactixyn ? 

1& Satisfaction est la réparation de l'injure 
que nos péchés ont faite à Dieu e du tort qu'ils 
ont fait au prochain. 



i^'&jiifti^'- 



FaiU-ii, pour m bien eon/eêêêTf Urê rétolu de «oK*. 
fatre à Dieu et au jtrochatn 1 

Oui, et cette disposition est si nécessaire, que, 
sans elle, on ne recevrait pas \e pardon de ses 
pëchës. 

Pourquoi, ayant obtenu le pardon de no» péeké», 
êommee-nofiê obligée . »alie/air« à Dieu t 

Parce que Dieu exigeant une réparation, 
change ordinairement la peine étemelle en une 
peine temporelle qu'U faut subir en ce monde 
ou enTau ie. 

SujfitM, pour racheter nœ péchéê^ de faire la 
pénitence imposée par le eonfea$eur t 

Non, pas ordinairement; car cette pénitence 
est rarement proportionnée au nombre et à la 
gmndeur de nos péchés. 

^ Comment pouvonê-noui encore eaHêfaire à ta 
justice de Dieu t 

Nous le pouvons par la prière, l'aumône ,1e 
jeûne et autres mortifications, par la patience 
dans les peines et les misères de la vie. 

L'Eglise ne nous offre-t-elle pas un moyen de 
suppléer d l'insuffisance de nos satisfactions f 

Oui, elle nous l'offre dans les indulgences. 

Qu'esta que les indulgenct^ # 

Les indulgences sont la remise plénière on 
partielle, faite par l'Eglise, en dehors du sacre- 
ment de pénitence, des peines temporelles dues 
au péché pardonné. 



-07 — 

Q%tê faut-il Jairê pour gagner les indulçfeneei t 
Pour gagner les indulgucces, il faut être en 

ëtat de grftoe et accomplir par ailleurs oe que 

l'Eglise prescrit à cet effet. 

PnU-on gagner les indtdgenee» pour fu dmeê 
éki purgatoire t 

Oui, on >le peut, quand l'Eglise déclare que 
ces indulgences leur sont applicables. 

Les indulgences diepenêenl-elt t de faire péni- 
teneet 

Non, les indulgences ne dispensent point de 
faire pénitence; elles suppléent seulement à 
l'impuissance et à la faiblesse des pénitents. 



LEÇON XIII. 

DU SACREMENT DE L'EXTRÊME-ONCTION. 

Qu'est-ce que r Extrême-Onction f 

L'Extrême- Onction est un sacrement insMtué 
par Notre-Seigneur Jésus-Christ pour le soula- 
gement spirituel et corporel des malades. 

Quand devons-nous recevoir F Extrême-Onction ? 

Nous devons recevoir l'Extrême-Onction, 
quand nous sommes en danger de mort par 
suite de maladie, ou de blessure ou d'accident. 

Pour recevoir V Extrême-Onction devons-noiu 
attendre que nous soyons à la dernière extrémité! 






Pour recevoir l'Extrême-Onction, nous ne 
devons pas attendre que nous soyons à la der- 
nière extrémité, mais si c'est possible, ïous 
devons la recevoir pendant que nous avons 
encore l'usage de nos sens. 

Est-on obligé cFavertir les malade» de recevoir les 
derniers sacrements ? 

Oui, on est obligé d'avertir les malades de 
recevoir les derniers sacrements, et c'est le plus 
grand service que l'on puisse leur rendre, 
puisque, faute de ct^t avertissement, on expose 
leur salut éternel. 

Quels sont les effets du Sacrement de VEsArême- 
Onction f 

Les effet« de l'Extrême-Onction sont : 1** de 
nous consoler dans les souffrances de la mala- 
die et de nous fortifier contre les teuttilions ; 
2** de remettre les péchés véniels et de purifier 
notre âme des restes du péché; 3^ de nous 
rendre la santé, si Dieu le juge à propos. 

Qu'entendez-vous par les restes du péché ? 

Par les restes du péché, j'entends l'inclina- 
tion au mal et la faiblesse de la volonté, qui 
sont les suites de nos péchés, et qui restent 
même après que nos péchés ont été pardonnes. 

Comment devons-nous recevoir le Sacrement de 
r Extrême Onction f 

Nous devons recevoir le Sacrement de l'Ex- 
trême-Onction en état de gi-ilce, avec une foi 



— 09 — 

vive et une grande résignation à la volontd de 
Dieu. 

Qui est le ministre du Sacrement de PExtiême- 
Onction f 

C'est le prêtre qui est le ministre du Sacre- 
ment de l'Extrême-Onction. 



LEÇON XIV. 



DU SACREMENT DE L'ORDfiE. 

Qu^est-ce que V Ordre f 

L'Ordre est un Sacrement qui donne le pou- 
voir de faire des fonctions ecclésiastiques et la 
grâce pour les exercer saintement. 

Suffit-il aux Evêquee et aux Prêtres (Tavoir reçu 
le Sacrement de l'Ordre pour exercer toutes leurs 
fonctions ? 

Non, il y a des fonctions pour lesquelles le 
pouvoir donné par le Pape ou par l'Evêque est 
absolument nécessaire. 

Comment appelez-vous ce pouvoir f 

On l'appelle juridiction. 

Y a-t-il toujours eu des Evêques et des Prêtres 
dans V Eglise ? 

Oui, il y en a toujours eu, et il y en aura 
jusqu'à la fiu du monde. 



■ i 



t ^^.--..^vXjtiû.^. — - 



— 100 — 

Pourquoi JéêUê-ChrUt leur Ort^ donné le pou- 
voir attaché à ce Sacrement t 

Jésus-Christ leur a donné ce pouvoir pour la 
sanctification et le salut des âmes. 

Eêt-on obligé de porter un grand respect aux 
Evêquee et aux Prêtres f 

Oui, parce qu'ils représentent la personne de 
N.-S. J.-C, qui a dit, en parlant d'eux : " Celui 
qui vous écoute m'écoute; celui qui vou? 
méprise me méprise." 



^ LEÇON XV. 

DU SACREMENT DE MARIAGE. 

Qu*est-êe que le Mariage f 

le Mariage est un Sacrement qui établit 
entre l'homme et la femme une société sainte et 
inséparable. 

Quels sont les effets du Sacrement de Mariage f 
Il donne aux personnes mariées la grâce de 
s'aimer chrétiennement, de vivre en union et en 
paix, de supporter avec patience les peines de 
cet état, de se garder une fidélité inviolable et 
d'élever leurs enfants dans la crainte et l'amour 
de Dieu. 

Comment Jaut-il se préparer au Mariage f 



I 



— 101 — 




n faut s'appliquer à oonnattare la volonté de 
Dieu par la prière, consulter son confesseur, 
vivre dans une grende retenue, se confesser et 
communier s'il est possible. 

Dans quelles diepositions faui-il être pour rece- 
voir le Sacrement de Mariage î 

Il faut être en état de grâce et instruit des 
vérités de la religion et des obligations de son 
état 

Quels sont ceux qui offensant Dieu en m 
mariant t 

Ceux qui se marient contre la juste volonté 
de leurs parents, qui n'envisagent que les 
richesses et leur satisfaction ou qui reçoivent 
le sacrement en état de péché mortel. 

V Eglise défend-elle aux catholiq'ues de se marier 
avec des personnes qui professent une autre religion 
ou qui rCen ont pas du tout ? 

Oui, l'Eglise le défend. 

D'où vient qu'U y a tant de mariages qui ne 
sont pas heureux î 

De ce que beaucoup de personnes reçoivent 
ce Sacrement avec des dispositions criminelles, 
et s'attirent, par le sacrilège qu'elles commet- 
tent, la malédiction de Dieu. 

Que faut-il /aire quand on est malheitrexix dans 
le mariage f 

Au lieu de se livrer aux plaintes et aux 
murmures, il faut prier Dieu pour apaiser sa 
colère et attirer ses bénédictions. 



» n 



s. ^«.■-.■^^IMU»-:..«t % » M|- iJ— ' 



— 102 — 
jT^J" *^?^* '*^»^ ^^re béni f 

péché mortel ? Protestant, eommettent-iU un 

9»e celle, rS^/eT^^'ï^'u::' «» '"""^'"""^ 

feeTaKest^TTr''""-" 
marine , P^ "^ ^"^^ Pi^ par/ait que celuidJ 



FIN. 



' f\ 



-*-4Âaài.-!-2--